• Bon gré mal Grey, c'est 50 nuances d'oubli...

    50 nuances au Grey du vent...

    Hier soir, j’ai enfin vu le film qui a tant fait parler à sa sortie et même bien avant : 50 nuances de Grey. Alors bien entendu comme vous, je connaissais le titre de ce succès littéraire international. Le quatrième tome débarque d’ailleurs le 28 Juillet en France et cartonne partout où il sort, je me demande bien pourquoi les gens ont à ce point envie de mettre du sexe dans leurs rêves ? Car je pense que ce roman en fait rêver plus d'un et plus d'une, surtout certaines car la place qu’occupe le rôle féminin principal est enviable. Par contre sa place au niveau sexuel, l’est certainement moins pour la plupart d’entre elles… Chérie, tu veux que je t’inflige une bonne fessée ce soir ? Je m’attendais à tout sauf à ça… Un film ennuyeux parsemé de scènes de sexe débridé destinées à maintenir le spectateur éveillé - et encore - car l’histoire tourne en rond de façon répétitive comme si je faisais 50 fois le tour complet du même rond point en auto... Au bout d’une heure, j’en avais marre, j’étais prêt à lâcher l’affaire mais le cinéphile que je suis va toujours jusqu’au bout du moindre nanar, non pas que 50 nuances en soit un. En vous disant cela, je me rappelle voici quelques années, la séance de H2D2, le guide du voyageur galactique sorti en 2005… Pour moi, ce 50 nuances aura surtout été 50 nuances d’ennui. Malgré tout, tout en ignorant si le film reste fidèle au roman de E. L. James, je pense avoir compris son succès : un milliardaire beau gosse, la fille de la ville habillée comme un sac à patate, des belles bagnoles, de beaux appartements, un hélico, une salle de jeux et le tour est joué surtout quand le sexe (suggéré) est abordé d’une façon dont le cinéma (hors porno) a rarement l’habitude de le faire même si la sortie prochaine de Love (Gaspar Noé) pourrait me donner tort. N'allez surtout pas croire que le sexe me mette mal à l'aise au cinéma ou même devant mon écran plat, mais la sexualité évoquée/montrée dans ce roman/film est vraiment spéciale. J'en regretterai presque la trilogie tant décriée à sa sortie : Nymphomaniac du danois Lars Von Trier ! Pour mon cas, je préfère voir le dominant sur la soumise ou l’inverse plutôt que la soumise suspendue au plafond pour faire plaisir au dominant… Chacun ses délires même si là, je pense qu’on touche le fond du fond avec le SM et la baise sur contrat. On dit que l’argent et le cul dirigent le monde, c’est bien vrai et ce n’est pas DSK qui me contredira ! Bref, je connaissais les pratiques SM mais je trouve ça tout aussi incompréhensible qu'une personne soit attirée par son semblable. Les acteurs sont la seule bonne surprise du film et encore, je ne trouve pas opportun le choix de l’actrice. C’est drôle mais à certains passages du film, j’imaginais bien l’actrice Anne Hathaway dans le rôle d’Anastasia. Le hic c’est que cette actrice ne montre jamais ses fesses ! Et pour adapter 50 nuances au cinéma, recruter une actrice qui ne montre pas ses fesses, ce n’est tout simplement pas possible et encore moins imaginable…Au final, je me demande si les socialistes au pouvoir dans notre pays n’ont pas voulu, comme je l'ai dit à ma douce pendant le film, interdire la fessée après l'avoir vu (lol ! Heureusement que ce roman provient d’une main féminine car si un homme avait écrit ça, je ne vous raconte pas les clichés arrivant à nos oreilles…En quelques mots, pour vous donner un avis général du fond de ma pensée concernant Fifty shades : aussitôt vu, aussitôt oublié. Next !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :