• Dur, dur d’être un Ayrault. N’est-ce pas Jean-Marc ?

    Dur, dur d’être un Ayrault. N’est-ce pas Jean-Marc ?

    Pauvre premier ministre. Lui qui pensait que Matignon n’était pas la croix et la bannière voici qu’il découvre même pas 6 mois après qu’on lui ai donné les clés du château républicain que la vie de premier ministre n’est pas un long fleuve tranquille et que tous les français ne le plébiscitent pas… Il croyait quoi le socialo débutant ? Le prof d’allemand aurait-il des remords quand il fustige la presse qui pratiquerait (conditionnel ambiant) des chroniques quotidiennes de démolition de son gouvernement. Venant de la part de quelqu’un qui a participé à démolir pendant cinq années le quinquennat de Nicolas Sarkozy, ça me fait sourire. Quand l’opposition demande s’il y a bien un pilote dans l’avion, il le prend mal, quand Libé titre "les apprentis", il le prend mal. Dire qu'il demande qu'on ne parle plus de sa boulette d'avant hier... Si c'était celle des autres, j'imagine le déchaînement. Il ne serait pas un peu susceptible le nantais ? Quand on est politique et qu’on accède à un tel positionnement républicain, faut être un poil plus solide que cela face aux attaques. Parfois même, il est préférable de ne pas y répondre verbalement et plutôt donner profit à l’action qu’Hollande lui a confié et qui est celle qui justifie son salaire. Pauvre Jean-Marc, lui qui vit parmi une famille de droite (si, si, il faut le savoir, je le tiens de source sûre), ça ne doit pas être simple à chaque repas de famille… Quand on n’est pas à sa place pour un poste et bien on en change, c’est plus simple que de plaquer une famille de droite pour une famille 100% socialiste. Lui, vous allez voir qu’il va faire le temps qu’il faut pour toucher les avantages qui vont avec après l’exercice de premier ministre… Après l'avoir baptisé "le prof d'allemand", on devrait le rebaptiser "la pleurnicheuse". A ce Jean-Marc, j’attribue un Zayrault pointé et bien mérité. Je terminerai ce post tout simplement en vous disant la chose comme je la pense: quand on critique la gauche au pouvoir après 5 mois, certains disent que c'est pas mérité alors que si c'était la droite, ce serait normal. La normalité n'est donc pas à la place tant annoncée durant la dernière campagne présidentielle... Moi, je suis de droite et visiblement, je suis normal ! 


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 26 Octobre 2012 à 13:44

    Pas possible vous êtes de droite ?? On ne s'en serait pas douté en vous lisant ... ceci dit la femme de gauche que je suis (pas socialiste mais ERC parti républicain catalan) est d'accord avec vous, Ayrault ne vaut pas tripette en tant que 1e ministre et je pense que la seule chose à faire si Hollande veut redresser la barre du navire en perdition c'est d'éjecter Ayrault et installer Ségolène Royal qui a déjà prouvé que ses projets toujours violemment critiqués par la classe masculine de droite comme de gauche étaient ensuite repris d'abord par Sarkozy et ensuite par Hollande ... bien sûr son défaut majeur est qu'elle est une femme et çà en France ça passe pas mais bon, espérons pour notre économie qu'Hollande aura le double courage de nommer une femme premier ministre et celui d'affronter la jalousie maladive de sa maîtresse.

    2
    Le Blogueur Libre Profil de Le Blogueur Libre
    Vendredi 26 Octobre 2012 à 13:59

    Je suis heureux de voir que des personnes pas forcément du même parti que le mien respecte mes propos comme je respecte les vôtres chère lectrice ! C'est cela qui prouve que nous sommes bien en démocratie. Je suis de droite, j'en ai le droit. Vous êtes de gauche, vous avez le droit. Je ne m'en cache pas et je n'irai pas voter le 18 Novembre en me cachant. Vive la liberté d'expression !

    3
    LOUANCHI
    Samedi 27 Octobre 2012 à 11:37


    lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news 

    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

    Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :