• En Marche vers le succès ou En Marche vers le mur...

    En Marche vers le succès ou le mur...

    Le 07 Mai 2017, en plus de dire non à celle qui aurait pu devenir la première présidente de la France, les électeurs français ont massivement décidé de ne pas choisir ou de tout simplement ne pas se déplacer dans leurs mairies. Le grand vainqueur de cette élection présidentielle n’est pas Emmanuel Macron mais bien François Hollande qui marque sa première victoire depuis 5 ans. Après avoir éliminé un adversaire menaçant, il est parvenu à placer son bébé politique. Souvenez-vous : en 2012, Hollande déclarait que son ennemie était la finance. En 2017, il parvient à faire élire son poulain tout droit sorti de la grande finance. Un comble qui marque encore une contradiction. Une chose est sûre : Hollande ne manquera qu’à un cercle restreint pendant que chacun accourt derrière Macron au cas où il y est assez à manger dans la gamelle pour tout le monde (pas sûr...). Je n’ai pas voté Macron car je préférais faire acte de féminisme (pour une fois !!!) et user de mon vote pour une femme qui n’avait aucune chance de débarquer au Palais de l’Elysée. Surtout après un débat télévisé désastreux où elle s’est franchement ridiculisée. Marine Le Pen avait déjà perdu le soir du 23 Avril et son échec a été prononcé le soir du 03 Mai devant des millions de téléspectateurs. Ceux qui brandissaient leur carte de la peur n'avaient que ça à foutre semble-t-il. En n’ayant pas voté Macron, je suis libre de pouvoir m’en prendre à lui durant les 5 prochaines années - je ne vais pas me gêner - au contraire de toutes celles et tous ceux qui ont retourné leurs vestes au point de mettre au placard leurs convictions. N’oublions pas que la plupart des politiques pensent avant tout à eux-mêmes bien avant la France et les français et qu’ils font souvent privilégier les petits calculs qui leur vont bien. C’est tout cela qui a engendré ce manque de confiance notoire des électeurs après 30 ans de narcissisme et d’appât du gain. Ce sont eux qui créent l'abstention. J’aimerai que Macron réussisse mais son programme me fait taire cet espoir que j’aurai pu oser lui porter. Si Emmanuel Macron en est là aujourd’hui c’est surtout grâce à tous ses sponsors officiels : les médias et le pouvoir encore en place pour quelques jours qui l'ont plébiscité, chouchouté durant des mois. Ajoutez à cela une bonne touche de marketing bien pensé : « je ne suis ni de gauche, ni de droite » et vous trompez des millions de gens surtout quand vous portez un joli costard et que vous avez les dents plus blanches que blanc... J’aimerai croire qu’En Marche est bien synonyme de changement mais je reste convaincu que c’est simplement le nouveau nom de baptême du Parti Socialiste. Le renouveau ne passera pas au travers un type qui attire des femmes et des hommes du passé comme un aimant… Je terminerai ce billet par une boutade : quand on voit l’état dans lequel Hollande lui laisse le pays, le petit Manu devra bien vite arrêter de marcher pour se mettre à courir s’il veut réussir. La situation est on ne peut plus grave et la France ainsi que les français, ne peuvent plus attendre.

    PS : c'est bien la première fois de ma vie que je dédie un billet à un banquier... LOL


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 9 Mai à 15:48
    Bonjour jeune homme ;-) !
    Bon là, je pense que je vais peut-être vous énerver parce que je ne suis pas dans le même fonctionnement. J'avoue d'ailleurs que je suis incapable de comprendre ce phénomène qui m'atteint sans crier gare et qui va à l'encontre absolue des émotions qui m'ont envahies au court de cette campagne.
    Quand je pense qu'il y a quinze jours je m'apprêtais à plonger ma tête dans le four pour en finir ... parce que il y a quinze jours, j'étais vraiment, mais alors VRAIMENT dégoûtée, écoeurée, déballée, effondrée. Désespérée. Oui. J'étais tout ça et bien pire. Pendant plusieurs jours, j'ai glandé, tourné en rond, incapable de penser à autre chose. J'étais braquée, je n'en démordais pas : on s'était foutu de ma gueule, on allait voir ce qu'on allait voir, il n'était pas question que je joue à ce jeu là, je refusais de me laisser manipuler, je refusais qu'on m'impose un candidat en qui je n'avais aucune confiance. Je m'apprêtais, à ce moment là (je le jure : c'est vrai) à mettre 3 bulletins Fillon que j'avais conservés dans l'enveloppe du second tour.
    Et puis ...
    Et puis, j'ai lu deux ou trois trucs. J'ai regardé deux ou trois videos. J'ai écouté des avis divers et variés. Le jeudi qui a suivi le premier tour, je suis tombée sur la lettre du maire d'Avranches => https://david-nicolas-avranches.com/2017/04/27/lettre-a-ceux-qui-niront-pas-voter-le-7-mai-2017/
    Comment vous dire ?
    Je me la suis prise en pleine face. Comme une claque. Vraiment. Et j'ai commencé à flancher. Cette lettre, par sa rédaction claire, humaine, simple, sans jugement, sans mépris, expliquait avec humilité, évidence, bon sens les implications de telle ou telle position. Ca m'a beaucoup troublée parce qu'au fur et à mesure que je la découvrais, je savais que c'était moi qui avais tort dans mon raisonnement, et le maire d'Avranches qui pensait " bien ". Alors j'ai commencé à me calmer et je me suis mise à essayer de réfléchir avec OBJECTIVITE, tentant de mettre de côté mon égo et l'humiliation ressentie au résultat du premier tour.
    Avant que le " duel " du mercredi n'ait lieu, ma décision était acquise : je voterais Macron CONTRE Le Pen, moi qui jamais (JA-MAIS !!!! ) à ce jour, n'avais voté " contre ". Le débat épouvantable dont le spectacle nous a été infligé a entériné cette décision. Et dimanche, j'ai voté Macron, pour ne pas prendre le moindre risque de voir cette harpie nous gouverner. Je ne voulais pas avoir sur la conscience l'éventuelle possibilité de l'avoir aidée à accéder au pouvoir. Oh ! j'étais honteuse, je vous l'assure ! J'étais honteuse de ne pas aller au bout de mes idées. Je n'ai pas pour habitude de faire le contraire de ce que je dis, mes enfants pourraient vous le certifier. Mais là ... il ne s'agissait pas de moi. Il s'agissait du pays. *
    J'ai voté Macron, pas fière de moi du tout et croisant les doigts pour que l'autre folle ne l'emporte pas malgré tout.
    Et depuis dimanche soir ...
    Depuis dimanche soir, je suis heureuse. ELLE n'est plus là. Et c'en est fini aussi de Ducon-Geignant qui s'est trompé de combat. En voilà deux qu'on n'est pas prêts de revoir de sitôt je pense. Ca me remplit de bonheur. De fait, il y a fort longtemps que je n'ai pas été aussi heureuse, aussi positive, aussi optimiste.
    Je suis heureuse de ne plus revoir la gueule de l'autre connard dans quelques jours. Là, j'avoue => je lévite !
    Je suis heureuse du renouveau qui s'annonce parce que vous savez quoi ? Bien sûr qu'il est le fils spirituel de François Hollande mais regardez le : il a votre âge !!!! C'est génial ! C'est génial pour toute une génération : la vôtre, celle de mes enfants, celle de leurs enfants à venir. C'est un coup de peps pour la France, pour l'Europe et, j'ose le dire : pour le monde, car cela renvoie la France à l'image qu'elle a toujours eue : celle d'un pays avant gardiste, d'un pays ouvert, généreux, chaleureux et qui défend les libertés de tous.
    Regardez le ! Premier micro discours pas terrible, tellement trop contrasté avec la quasi hystérie de celui du premier tour MAIS qui a su intégrer les erreurs de ce discours du premier tour et qui se voulait plus grave, plus mûr, plus responsable.
    Puis le discours au Louvre. Le LOUVRE !!! Quelle brillante idée ! ni à droite, ni à gauche. Une musique fédératrice : l'hymne européen ! Une mise en scène certes théâtrale mais on trouvera toujours l'occasion de critiquer quand on regarde ce qu'on ne veut pas voir. Ce qui compte, c'est le résultat. Et le résultat, c'était whouah !
    Un couple moderne. Un couple ! de nouveau quand les prédécesseurs nous avaient humiliés ô combien ! , nous avons ici un couple qui en apparence semble solide de ses années de parcours, de sa complicité, de son soutien mutuel. Un vrai couple (ce qui se passe entre les draps ne nous intéresse pas). Qui plus est : inversé dans les âges, il bouleverse les habitudes et fait la nique aux conventions. Formidable ! Aujourd'hui, on ne s'étonne pas de la jeunesse de Mélanie par rapport à celle de Trump mais on rit beaucoup de celle de notre président vis à vis de son épouse. Dans cinq ans, on en reparlera. Ou plutôt ... grâce à eux, on n'en reparlera plus :-)
    Après avoir beaucoup (mais alors beaucoup) critiqué, douté, m'être inquiétée, préoccupée de cette candidature, je me dis que :
    - aujourd'hui il est là. Il est notre nouveau président
    - compte tenu de son parcours personnel et professionnel, des difficultés traversées, malgré ce que j'en pensais, il est peut-être parfaitement adapté à affronter les difficultés à venir.
    - parce que à titre personnel, ça a du être difficile pour lui, pour elle, qui avait 39 ans (d'après ce que j'ai lu) quand elle a fait le choix de quitter son mari, alors qu'elle avait trois enfants, dans une petite ville de province, dans un milieu social donné, il y a près de trente ans ... il a fallu de sacrées " cojones " pour affronter et surmonter " tout ça "
    - enfin, on a un président qui connait le monde du travail. Il sais ce qu'est une entreprise. Peu me chaut qu'il ait été banquier ou plombier, ou instituteur, bibliothécaire : il a été dans le monde du travail. Enfin, on en tient un.
    - enfin on en a un qui parle anglais !

    Je ne veux pas, comme à mon habitude, faire ma française en le critiquant alors qu'il est à peine élu et même pas investi officiellement. Je ne veux pas affûter d'emblée les couteaux. Je veux lui faire confiance. J'AI confiance.Parce que si on lui met des bâtons dans les roues sans lui laisser le temps d'entreprendre ... c'est pas juste.
    On rêvait tous de renouveau. Le renouveau est là. Donnons lui sa chance.

    Bien sûr qu'il est créé de toutes pièces par les circonstances, par les journalistes, par hollande. Mais il est là. Et s'il est là aujourd'hui après ce parcours EXTRA-ORDINAIRE, au sens éthymologique du mot, c'est qu'il le mérite. C'est ce que je veux croire. Aussi, plutôt que de le contrer systématiquement, il me semble qu'il faut l'aider.

    Parce que si on commence à sortir les couteaux alors qu'il n'a pas commencé, c'est la fin des figues ...

    Pardon pour la longueur de la réponse. En même temps, c'est pas comme si il y avait foule ... :-)

    @ bientôt, j'espère !

    * Je suis interpelée par votre raisonnement. Je ne suis pas certaine de bien comprendre. Vous avez donc voté Marine en " sachant qu'elle n'avait aucune chance d'être élue ". Il se trouve qu'elle n'a pas été élue. Mais imaginez que tout le monde ait réagi de la sorte ...
    2
    Jeudi 11 Mai à 23:05

    Salut Madame Michu ! Waouh quel commentaire !!! Je me suis délecté et je vous jure que je vous rejoins sur bon nombre de points. Vous avez la plume virulente ! Manu est notre nouveau président, je respecte et je demande à voir désormais. J'espère me tromper mais je ne me prends pas à rêver plus qu'il ne faut... Pour le second tour, j'ai décidé de voter ainsi par conscience car j'étais persuadé que le FN n'avait aucune chance. Ce qui ne sera peut-être pas forcément le cas dans 5 ans, si Manu échoue. Le débat a conforté mon choix : Le Pen s'étant ridiculisée, elle n'avait aucune chance d'accéder au pouvoir. Le report des voies ne pouvait lui être favorable en plus. J'aime les risques, j'en ai pris un certes mais je ne regrette pas. J'avoue que j'ai pensé à m'abstenir mais je m'en serai voulu de ne pas avoir eu le courage de choisir... Pour mon pays que j'aime tant, par respect pour ceux qui ont tant fait pour lui, pour nous et qui ne sont plus de ce monde, je souhaite que le nouveau dirigeant réussisse et pour une fois, j'aimerai me tromper sur le jugement que je lui aurai porté peut-être un peu trop hâtivement. Je l'espère vivement !

      • Mercredi 24 Mai à 12:32

        (re) Hello ! :-)

        Ah bin ça ! pour un risque ... c'en était un ! he j'ai encore les fesses qui chauffent ... Moi, j'aurais jamais osé ! (d'ailleurs, je l'ai pas pris, ce risque, alors qu'initialement, je voulais mettre des bulletins Fillon dans l'enveloppe du second tour !!!! ... hem ... ). M'abstenir, je ne pouvais pas non plus.

        Mais je comprends qu'on ait voté Le Pen. J'ai des copains aux US qui m'ont expliqué en novembre que techniquement, Clinton leur conviendrait mais que viscéralement, ils ne pouvaient pas voter pour elle et que donc ... ils voteraient Trump ...  en espérant presque qu'il ne passe pas ... et ils en sont là !

        Bon ... chez nous ... maintenant ... faut voir. Pour le moment, je trouve qu'il n'y a pas grand chose à dire. Il faut attendre les législatives.

    3
    Mardi 13 Juin à 17:35

    Salut ! Je suis convaincu que la France n'aura jamais un(e) président(e) portant le nom de Le Pen. Les législatives viennent confirmer la tendance... Macron aura les pleins pouvoirs et on va bien l'avoir profond... Comme la droite et la gauche finalement !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :