• Hollande ce guerrier qui ne "syrien" de ce qu'il doit faire...

    Hollande le guerrier qui ne syrien...

    Il y a quelques semaines les enfants de cette photo ont été assassinés à l'arme chimique dans leur sommeil, mais il semble que le monde les ait déjà oubliés et se perde dans un débat sans fin entre soit des frappes américaines, soit ne rien faire... Mais il y a aujourd'hui une lueur d'espoir pour une voie pacifique qui mette fin à ces massacres. La guerre sanglante en Syrie s’est nourrie des rivalités entre l’Iran, principal soutien de Bachar El Assad, les Etats-Unis et leurs alliés respectifs. Mais la dernière attaque chimique a changé la donne et leurs discours: le nouveau président iranien, plus modéré, a condamné l’utilisation des gaz et Brack Obama a annoncé être prêt à travailler avec "tout le monde" pour résoudre le conflit. Interpellons ces deux dirigeants pour qu’ils s’installent enfin à la table des négociations et fassent dialoguer les parties belligérantes avant que d’autres vies ne soient prises. En ce moment même, les bruits de bottes résonnent au niveau mondial à propos de la Syrie mais si nous sommes suffisamment nombreux à dire aux présidents Rohani et Obama que le monde souhaite une diplomatie active, nous pouvons mettre fin au cauchemar de milliers d'enfants syriens terrifiés à l'idée de nouvelles attaques au gaz. Nous n'avons pas de temps à perdre. La Syrie est le conflit le plus brutal de notre temps et cette attaque chimique sur des civils innocents est la pire chose que notre monde ait vu depuis 30 ans. Le monde a la responsabilité de protéger les Syriens de l’extermination, mais depuis deux ans la communauté internationale ferme les yeux, honteusement, sans porter secours aux victimes innocentes. Aujourd’hui, malgré des preuves accablantes sur la responsabilité des forces gouvernementales de Bachar El Assad dans l’attaque, les soutiens du régime syrien jouent sur le doute et, prudent vis-à-vis d'une guerre, le monde est toujours incertain quant au lancement d’une intervention humanitaire. Ces discussions sont une nouvelle chance de mettre fin au massacre. On a toujours pensé que les Etats-Unis n'accepteraient jamais aucune discussion avec l'Iran et que l'Iran ne ferait jamais rien pour aider les Etats-Unis à résoudre la crise syrienne, mais la situation actuelle incite à l'espoir. Le Président Obama lancera peut-être des frappes, mais il n'a pas le soutien de l'opinion publique pour un engagement plus important, et il cherche une porte de sortie pour éviter une guerre longue. Et 130 membres du Congrès américain demandent au président Obama de discuter avec l'Iran. Un appel mondial et massif en faveur de la voie diplomatique peut amener Barack Obama à accepter des discussions. L'ancien président iranien Ahmadinejad a dépensé sans compter pour soutenir le régime d'Assad en lui fournissant argent et armes. Mais le nouveau président Rohani a été élu sur la promesse de retisser des liens avec l'Ouest et de rechercher un accord avec l'opposition syrienne. Les attaques chimiques ont fortement érodé le soutien de l'opinion publique iranienne à Bachar El Assad, en rappelant les douloureux souvenirs des attaques chimiques iraquiennes contre l'Iran, et ceux qui connaissent bien le pays estiment que la pression monte pour reconsidérer le soutien de l'Iran à Bachar El Assad. Ceci pourrait être un moment charnière pour amener Hassan Rohani à la table des négociations. Les discussions ne stopperont pas l'horreur en un jour, mais il n'y a pas de solution rapide et facile. Nous avons urgemment besoin d'avancer sur cette voie qui peut mettre fin aux massacres d'enfants innocents et rapprocher le monde plutôt de le déchirer. Amenons les Etats-Unis et l'Iran à discuter, maintenant. (source: Avaaz.org)

    Signez la pétition pour une solution en Syrie (cliquez sur la photo !)

    « Bienvenue dans la Galaxy de Samsung...Un gouverneMENT destructeur de nos fondamentaux. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :