• Jusqu'où ira donc l'horreur...?

    Jusqu'où ira donc l'horreur...?

    J'ai reçu ce message de L'institut pour la justice voici quelques jours. Il m'a tellement choqué, interpellé que j'ai souhaité le partager avec vous au travers mon blog.

    Le 14 juillet dernier, une jeune femme de 31 ans est en train de se recueillir dans une église de Poitiers quand, soudain, un homme l'attrape par le cou, la plaque contre le sol et tente de l'agresser sexuellement. Le principal suspect, David Mohamed, n'en est pas à son coup d'essai. Il compte déjà douze condamnations ! Il a été libéré de prison, mi-juin car il a bénéficié d'une réduction de peine. Il a pourtant été condamné, pour la douzième fois, en 2002, à 17 ans de prison pour avoir violé et martyrisé une vieille dame de 85 ans. Les souffrances infligées à cette dame étaient tellement atroces (et nous refusons d'y faire écho tant elles sont ignobles) qu'à l'époque, un journaliste avait écrit : « Difficile de toucher l'horreur de plus près ». Et bien malgré ces douze condamnations, malgré l'horreur absolue de son dernier crime, David Mohamed a bénéficié d'un aménagement de peine et un juge l'a remis en liberté... Un fauve dont les obligations de soins n'avaient même pas été encore mises en place. C'est totalement irresponsable ! Mais savez-vous qu'en moins de deux semaines, deux autres femmes ont été violées à Poitiers, dont une a failli être assassinée ? Fin juin, une jeune femme fait son jogging sur les bords du Clain avant d'être très violemment agressée puis violée. Elle a été rouée de coups et a reçu un coup de tournevis. Elle a bien failli perdre la vie. Le 16 juillet, une autre femme a été violée dans un autre quartier de Poitiers. Le principal suspect est un récidiviste qui a déjà été condamné pour viol en 2009 à 4 ans de prison. Pour votre information, un viol est théoriquement puni de 15 ans de réclusion criminelle selon le Code pénal... Et plus lourdement encore quand il y a des circonstances aggravantes. Pourtant, ces informations n'ont pas du tout fait la une de nos journaux nationaux. On a préféré nous parler des flashballs qui pourraient « faire mal » aux voyous et aux criminels et dont certains voudraient retirer l'usage à nos policiers et à nos gendarmes... Alors maintenant ça suffit ! Devons-nous nous habituer à vivre dans la plus horrible barbarie sans que personne ne s'en offusque ? Devons-nous accepter que nos lois permettent à des juges de libérer de tels criminels ? Devons-nous accepter que des femmes ou des enfants puissent être exposés à des prédateurs sexuels et des pédophiles sans réagir ? Cliquez sur l'illustration ci-dessus et participez au référendum national sur la justice.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :