• La France assassinée par le socialisme démolisseur.

    La France assassinée par le socialisme démolisseur.Franchement, je ne comprends pas comment les françaises et les français peuvent encore accepter d’avancer avec un gouvernement aussi pitoyable que celui qui représente l’exécutif aujourd’hui dans notre pays et qui est amené à connaître le pire dans quelques temps. Je ne comprends pas, je ne comprends plus. Le pouvoir en place prouve son amateurisme depuis 10 mois, reporte son incompétence sur les autres (tellement simpliste), blablate à tout va et se fait spécialiste de la récupération politique de la moindre bonne nouvelle. Dernière en date : la grosse commande arrivée chez Airbus. Comme si Flamby ou même Montebourg y étaient pour quelquechose. Ca se saurait ! Ce gouvernement dépense de l’argent public alors que le pays vit à crédit. Il accuse sans cesse la droite quand il a le culot d’oublier les 14 ans de tonton. De toutes façons, c’est simple et limpide, tout est à la faute de la droite. Si Hollande est aussi bas dans les sondages, c’est la faute à Sarkozy certainement pas à son projet que j’ai toujours été le premier à qualifier de véritable brouillon. Cette gauche a voulu le pouvoir et maintenant qu’elle l’a, se rend compte de l’ampleur de la tâche. J’aimerai pouvoir sélectionner ces 36 élements perturbateurs avec ma souris d’ordinateur et envoyer toute cette clique d’ingérants à la corbeille. Ayrault retournerait à sa mairie, Aubry irait au bistrot, Hollande dans sa Corrèze, Duflot dans sa salle de shoot, Peillon pourrait rentrer chez Zavatta et la Taubira postuler pour Les anges de la télé réalité… J’ose espérer qu’en 2014, la sanction que les français devront leur infliger sera bien là et très expressive. Ceux qui ont cru au changement, j’espère qu’il réalise aujourd’hui, qu’on s’est bien foutu de leur gueule. Hollande a reproché à Sarkozy de ne pas avoir été le président du pouvoir d’achat. Qu’il se rassure, lui, ne le sera pas non plus. Il restera comme étant le meurtrier de la France et de ses valeurs. Et le président le plus impopulaire de la cinquième république. Et si on passait à la sixième en 2017 ? Ca, ca serait le véritable changement. Le PS se plaind bizarrement d'une vague anti-Hollande qui l'empêche d'avancer ! Puis-je lui rappeler la vague anti-Sarkozy de la campagne présidentielle et toujours dans le vent ? Non, mes chers compatriotes, le seul que j'appelle François, c'est mon pape. L'autre n'est ni mon président, ni quoi que ce soit, il est un pauvre pingouin (bisous à Carla !) arrivé au pouvoir grâce à des supercheries politiques.


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :