• Mon Dieu, dans quel monde vivons-nous ?

    Mon Dieu, dans quel monde vivons-nous ?

    Le 26 Juillet 2016, une date qui restera à jamais gravée avant tout dans les mémoires des chrétiens. J’en suis. Je suis atterré de voir que des hommes peuvent ainsi se laisser lobotomiser et perdre la tête. Aujourd’hui, à travers le monde, des innocents paient de leurs vies, la connerie de ceux qu’il ne faut pas hésiter une seconde à nommer les barbares islamistes. Nos démocraties ont peur de nommer l’ennemi, pourquoi ? Pour des raisons politiques bien sûr. Regardez en France, jamais un gouvernement n’aura à ce point privilégié un culte plutôt qu’un autre. Et on ose nous répéter que la France est laïque (!), pas le gouvernement visiblement. Il faut arrêter de s’agenouiller car tout cela alimente les extrêmes et incite à la colère, à la révolte. Parfois, l’actualité me fout les nerfs. Les infos du jour sont identiques à celles de la veille : des morts ici et là engendrées par les fous d’un Dieu. Je le vois bien depuis ces derniers mois, rien que sur Twitter : les gens n’en peuvent plus d’être à ce point déracinés sous leurs yeux. Le clientélisme des politiques a la peau dure… Hollande et sa bande sont complètement perdus et idiot, est le français qui ose encore croire à cette équipe, reine d’un laxisme béant qui en est arrivé à ne plus savoir quoi dire... Assassiner un prêtre pendant qu’il faisait la messe est une attaque directe à une religion désormais ciblée et l’attaque directe d’un symbole national. Même si cela déplaît à beaucoup de nos jours, la France est chrétienne depuis plus de 1600 ans et rien ni personne ne pourra effacer ce qui est écrit. Survolez l’hexagone à basse altitude et regardez tous ces clochers qui pointent dans le ciel, ils sont la preuve du passé de notre pays, de son histoire. Je suis fier d’être chrétien, d’avoir mes convictions, ma philosophie de vie. Je n’emmerde personne avec ma religion contrairement à beaucoup dans ce pays qui veulent imposer leurs propres règles qui ne sont surtout pas républicaines. Je l’aime tant ce slogan : la France tu l’aimes ou tu la quittes. Chacun veut sa part mais certains veulent tellement dominer qu’on se demande bien quel est le but recherché ? Le père Jacques Hamel du haut de ses 86 ans était un représentant de mon Dieu à qui on a pris la vie parce qu’il répandait la parole de ce Dieu. Ces barbares qui meurent au nom du leur sont tout bonnement des abrutis, des sous-hommes, la gangrène du monde moderne. Un monde qui devrait être fait d’amour et de paix. La réalité est tout autre, je le sais bien mais si on œuvre ensemble, la victoire nous sera acquise. Croyez-moi comme je crois en lui. A un détail près : je ne suis pas Dieu. Simplement l'un de ses enfants. Que le père Jacques Hamel repose en paix. La barbarie nous a prit un homme bon, un serviteur du Christ. Ils ne nous aurons pas !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :