• Politique

    Politique

  • Sarkozy écrit un livre mais a du mal à tourner la page…

    La France pour la vie est un joli titre, je trouve. La France pour la vie est un titre qui en dit long sur l’auteur de ce livre qui fait tant parler depuis déjà quelques jours. Nicolas Sarkozy, l’ex président, aujourd’hui président de sa famille politique, a prit sa plume pour poser sur le papier son propre mea culpa au travers lequel certains y voient simplement (et peut-être bêtement) une sorte de bilan un peu tardif pour ne pas dire une petite manoeuvre purement politique, produit dans le seul et unique but de ratisser les plus ignares ou les plus influençables. Tout le monde médiatico politique croit en une candidature de Sarkozy en 2017. J’ai presque envie de vous dire qu’avec toutes les casseroles qu’il traîne, sa place n’est plus à l’Elysée mais dans une cuisine aménagée. J’ironise car je ne déteste pas le personnage juste pour le détester et suivre un certain mouvement orchestré depuis dès le début par une gauche fanatique de la chasse à l'homme. Non, j’apprécie plutôt l’homme sans toutefois être d’accord avec tout ce qu’il peut dire ou ce qu’il a pu faire pendant son mandat. Jamais un président ne pourra faire l'unanimité. Jamais ! Il faut quand même lui reconnaître un certain courage au travers ce livre. Il y dresse quand même son propre bilan, certes tardivement mais il le fait. On peut même parler de repentance. Pourquoi donc Sarkozy ne serait pas excusable, pourquoi n'aurait-il pas le droit d'être un homme qui peut faillir ? Hollande fera-t-il son bilan quand il sera en vacances dans 17 mois ? Je ne crois pas car un socialiste qui se respecte est incapable de se remettre en question comme il est incapable d'avouer la moindre faute préférant la reporter sur autrui. Nous en avons la parfaite démonstration depuis 2012 : "ce n'est pas de notre faute mais celle du gouvernement précédent". Un refrain que la plupart des français ne veulent plus entendre aujourd'hui. A moins de 18 mois de la prochaine échéance présidentielle, j’en veux énormément à celles et ceux qui crachent sur Sarkozy par plaisir de le faire. Honte à ceux qui lui demandaient de faire son bilan et qui s'en servent désormais comme d'un défouloir. J’en veux encore plus à ceux qui ont mis Hollande aux commandes du pays. Ces électeurs ont semble-t-il oublié qu’un candidat, c’est comme un demandeur d’emploi ou un candidat face à un patron : il lui faut un CV blindé. Si la France est dans cet état, c’est parce que ceux qui la dirigent sont tous des élites au pedigree inexistant. N'avez-vous jamais remarqué qu'un ministre pouvait passer d'un ministère à un autre sans la moindre expérience ? C'est bien là, l'origine du problème, de l'ingestion de la France. L’expérience est une force, pas étonnant que la France ne soit pas forte avec une telle bande de guignols ! Je pense que ce livre, La France pour la vie, va bien se vendre, sans toutefois devenir un best-seller et au final, il aura permis durant quelques jours d'être le gros arbre qui permet de cacher une forêt totalement dévastée par le socialisme destructeur. Je ne suis pas convaincu que cet événement littéraire en soit un pour la majorité dominante des français et c'est sans aucune honte que je vous annonce que j'en suis. Je n’achèterai pas le livre de Sarkozy car je n’en éprouve ni l’envie, ni le besoin mais j’exigerai quand même une chose de la part de ceux qui le critiquent, c’est de me prouver A + B, qu'ils l'ont bien lu…

    Sarkozy écrit un livre mais a du mal à tourner la page…

     


    votre commentaire
  • Régionales 2015 : les pleins pouvoirs du Front National…

    Depuis près de 2 jours, je me suis écarté du monde médiatique qui désinforme de plus en plus et où chaque journaliste a de plus en plus de mal à apparaître neutre. Je n’en peux plus de voir les médias à la botte du pouvoir. On sait tous que politiques et journalistes, c’est copains-copains. Depuis Mai 2012, je crois qu’ils ne s’en cachent plus ! La presse est au service d’un président qui a su les acheter peu de temps après son arrivée à l’Elysée. Alors oui : le Front National est le grand vainqueur de ce premier tour des Régionales de 2015 et j’entends depuis les mêmes discours que 2002 (lors de la présidentielle – Chirac face à Le Pen). Les choses n’ont pas changé car les politiques n’ont pas changé. Ils pensent qu’à eux, se régalent entre eux, se partagent le pouvoir en bande organisée se foutant royalement du peuple dont ils ignorent les réalités pour une bonne partie, tellement assis confortablement dans leur parade quotidienne. Dire que voter FN est un vote sanction ou même un vote colère est une grossière erreur de langage et bien mauvaise analyse de la part de celles et ceux qui sont censés nous diriger ou nous informer. Voter FN est désormais adhérer à ses idées même les plus saugrenues ou les plus risibles. Ce n’est pas la chasse au FN qu’il faut produire. Il serait nettement plus profitable pour la France, de se poser la question : pourquoi tant de gens choisissent le FN ? Les politiques s’obstinent à stigmatiser ce parti démocratique (oui, je dis bien démocratique), s’obstinent à l’amalgamer à outrance mais aussi à ne surtout pas considérer ses électeurs qu'on compte désormais par millions. Une erreur fatale de la part de ceux qui se présentent comme des démocrates ou des républicains. Même moi, je ne me permettrai pas une seconde de tenter de dissuader une connaissance de voter pour le FN ou alors avec modération quand je sens que c'est possible...! Un électeur est libre. Libre de voter, libre de choisir, libre dans ses réflexions, libre dans l’isoloir. Je n’oserai surtout pas m’en prendre aux électeurs de ce parti qui je le pense se disent que le FN est peut-être bien le seul parti à parler vrai, à parler de la France de son histoire, de son identité et surtout : dire des vérités que les partis concurrents se complaisent à taire depuis tant d’années (y compris ma famille politique : Les Républicains). Bon nombre de français en ont assez et je le sens bien au travers les discours que me tiennent les personnes que je côtoie. Il y a un ras-le-bol général qui est le fruit de 40 ans de politique bancale et clientéliste. Depuis des années, les politiques et les médias se tiennent la main pour dresser les analyses qui les arrangent du vote FN et ne se posent pas les bonnes questions. On voit ce que ça donne encore et encore...

    Régionales 2015 : les pleins pouvoirs du Front National…

     


    2 commentaires
  • Hey Najat ? Rien à foutre de ta charte de la laïcité !

    Demain, Mercredi 09 Décembre 2015, sera célébrée pour la première fois la journée de la laïcité, jour du 110ème anniversaire du vote de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Cette journée a été annoncée par Najat Vallaud-Belkacem en Janvier dernier. De plus, début Septembre, elle a écrit aux parents d’élèves afin de les inviter à signer la charte de la laïcité, un texte qui se borne à énoncer le droit positif. Les parents sont en droit de refuser de le faire et l’Institut Montalembert les conforte dans cette attitude d'autant qu’elle ne présente aucun danger. La charte a pour fonction de rappeler le droit positif et est totalement dépourvue de valeur juridique. La laïcité, c'est la Liberté de conscience, comme le rappelle très bien l’article 3 de cette même charte et pas la soumission à un ordre établi. Cette mesure n’a pas de bases légales et sa portée reste mystérieuse et surtout dans le contexte actuel, peut être un élément de perturbation particulièrement dangereux. En faisant de cette charte un texte auquel il faudrait adhérer, on transforme la laïcité en religion civile. C'est de l'autoritarisme, ce n'est pas une démarche laïque que d'imposer la signature de cette charte. C’est pourquoi, au nom de la défense du principe de liberté, il est utile de prévenir tous les concitoyens des risques de cette démarche. Pour mémoire, il s'agit d'un texte rédigé au printemps 2013 par l'Observatoire de la laïcité pour le compte du ministère de l’Education nationale  et dont la mission est d'assister le gouvernement dans son action visant au respect du principe de laïcité dans les services publics. Cette charte a été rendue publique par Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale de l'époque, le 9 Septembre 2013. Selon ce ministre, la charte a pour objet de "rappeler les règles qui nous permettent de vivre ensemble dans l'espace scolaire" et de permettre à chacun de s'approprier le principe de laïcité. Le contenu de la charte de la laïcité se limite donc à reprendre les dispositions de la loi du 9 Décembre 1905 sur la séparation des églises et de l'Etat et les règles relatives au principe de neutralité dans les services publics. Il s'agit donc d'un "rappel" du droit positif, d'une information et d'un simple support pédagogique. Cette interprétation est confirmée par le seul texte juridique mentionnant la charte de la laïcité. C'est une circulaire du 6 Septembre 2013 du ministre de l'Education imposant l'affichage de la charte dans tous les établissements scolaires publics, primaires et secondaires. De toute évidence, la circulaire du 6 Septembre 2013 vise seulement à l'affichage d'un texte. En "invitant" les parents à la signer, c'est donc le droit positif qui est présenté comme ayant, en quelque sorte, une nature contractuelle. La laïcité devient une simple "valeur" à laquelle on peut adhérer, ou pas. En affirmant vouloir consolider le principe de laïcité, on l'affaiblit. Le principe de laïcité si difficile à préserver, n'avait vraiment pas besoin de cette initiative hasardeuse. Quand on préfère communiquer plutôt qu'appliquer la loi, on affaiblit ainsi la loi républicaine dans son ensemble !

    NDR : je tenais à partager ce message très instructif avec vous. Je l'ai reçu de la part de l’Institut Montalembert et de CitizenGO. N'hésitez pas à le diffuser autour de vous !

    Hey Najat ? Rien à foutre de ta charte de la laïcité !

     


    votre commentaire
  • Stop au lynchage de la blanche Nadine Morano !

    Nadine Morano n’a fait que dire une évidence historique que chacun peut constater tous les jours "Nous sommes un pays judéo-chrétien, de Gaulle le disait, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères…". Elle a par la suite maintenu ses propos en citant les mémoires du Général De Gaulle, parlant de l’Europe "… étant de même race blanche, de même religion chrétienne…". Certains peuvent légitimement considérer que cette expression est datée, négativement connotée et maladroite, inutilement provocatrice, notamment vis à vis de nos concitoyens des DOM TOM, ou d’origine étrangère. Mais le lynchage médiatique et politique dont fait l’objet Nadine Morano n’en est pas moins totalement excessif : fondé sur une interprétation biaisée et raciste qui ne correspond pas à ce qu’a dit Nadine Morano, entretenu et exploité politiquement par la gauche, relayé par une fausse droite qui se couche devant la pression de la gauche et des médias, contraire à l’idée de liberté d’expression énoncée par notre Constitution. En fait, il faut comprendre qu’il est désormais interdit d’utiliser l’expression "race blanche". Derrière cet interdit, on demande en réalité aux français d’origine européenne de renoncer à la France à laquelle ils sont attachés, de bien vouloir s’effacer sans bruit et d’accepter sans rechigner une France multiculturelle. Yann Moix, le chroniqueur d’ONPC qui interrogeait Nadine Morano, lui a d’ailleurs reproché de ne pas accepter que la France puisse un jour devenir un pays musulman. Apparemment, il est interdit d’être opposé à cette perspective. La démocratie et la souveraineté populaire doivent s’effacer devant "le sens de l’Histoire". En menaçant Nadine Morano d’exclusion de leur tête de liste, les Républicains et l’UDI montrent une incapacité à accepter la liberté d’expression, une tendance à se coucher devant les diktats de la gauche et des médias qui trahit un manque de courage et de sens politique. Ils prennent le risque de renvoyer vers le FN tous ceux qui ne veulent pas que la France devienne un pays musulman. Cela risque de faire beaucoup de monde… Oui à la liberté d’expression. Non au lynchage de Nadine Morano. (auteur : Pascal Confolens)

    NDR : si comme moi, vous soutenez Nadine Morano littéralement lynchée par la gauche, les médias et certaines personnalités de droite, cliquez sur l'image d'illustration de ce billet afin de signer la pétition !


    2 commentaires
  • Quand la ministre de l'éducation cultive le mensonge...

    Depuis quelques jours, Najat Vallaud-Belkacem, habile communicante, essaie de nous faire croire qu’elle souhaite revenir à l’enseignement des savoirs fondamentaux. Elle a ainsi fait la tournée des médias pour annoncer le retour de "la dictée quotidienne et obligatoire" à l’école. Malheureusement, la « dictée quotidienne et obligatoire » n’aura été qu’une diversion. Dans la nouvelle version des programmes scolaires, que la ministre a rendue publique, nulle mention n’est faite de cette dictée. Dès le lendemain de l'annonce de la ministre, le ministère précisait d’ailleurs qu’il ne s’agissait en aucun cas d’une dictée formelle, mais qu’il suffisait à l’enseignant de dicter aux élèves un énoncé d’exercice pour que le contrat soit rempli : « Prenez une feuille et additionnez 2 + 2 ». La dictée est finie ! Elle ne sera évidemment ni corrigée ni notée afin de ne stigmatiser personne. La ministre a ainsi sciemment dupé ceux qui espéraient sincèrement que son annonce marquerait le retour du bon sens et celui de pédagogies ayant fait leurs preuves. D’ailleurs, si l’on regarde précisément les nouveaux programmes scolaires, le mot « dictée » n’est cité que 6 fois sur les 375 pages des textes officiels ; et là encore, principe même de l’illusion, ce que l’on lit n’est pas du tout ce à quoi l’on s’attend. Car il n’est nullement envisagé de proposer des dictées aux élèves mais au contraire de recourir à la méthode de la « dictée à l’adulte ». Dans cet exercice, c’est l’enfant qui dicte et le maître qui écrit ; ce qui était hier réservé aux enfants de maternelle est appelé à se généraliser jusqu’au collège. A quoi aurait d'ailleurs servi de multiplier les dictées sans les accompagner de l'enseignement de l'orthographe et de la grammaire. Or, en guise de leçons d'orthographe, les programmes nous invitent à nous contenter d'une forme de «vigilance orthographique». Quant à la grammaire, si le terme fait son retour dans les textes officiels, c'est une nouvelle fois détourné du sens qu'on lui prête communément. Toujours fidèle au délire de Roland Barthes qui accusait la langue d' «être fasciste» avec ses règles de grammaire qui s'imposaient à l'enfant, les nouveaux programmes continuent à se situer dans l'utopie «constructiviste», celle où l'on fait croire que c'est à l'enfant de construire seul son savoir. C'est pourquoi, il n'est pas question de leçons de grammaire, et encore moins d'apprentissage de certaines de ses règles mais bien d'accompagner l'élève dans «l'étude de la langue», «de manière à mettre d'abord en évidence les régularités du système de la langue» (p. 113 des nouveaux programmes). L'élève devant tirer seul, de ces régularités, les règles dont il a besoin pour écrire correctement le français. Malheureusement, rien n'a changé, depuis cet exercice enseigné aux élèves professeurs dans les IUFM où après qu'une phrase fut dictée à toute la classe, l'enseignant consignait sur le tableau «toutes les graphies différentes» afin que la classe «négocie oralement pour déterminer la graphie à retenir». S'il arrivait qu'une mauvaise graphie soit choisie, les formateurs invitaient les futurs enseignants à «réprimer leur adultité spontanée et à ne pas corriger», pour proposer plus tard «une phrase dans laquelle il s'agissait d'analyser la graphie exacte», en espérant que les élèves réinstitueraient d'eux-mêmes la règle. Rien n'a changé? Enfin si, le niveau des élèves s'est effondré !
                                                                                           Source : l'observatoire des programmes scolaires.


    votre commentaire
  • Nicolas Sarkozy : victime d'un coup de foudre sur Twitter...

    Aujourd’hui à 11h30, Nicolas Sarkozy a offert la possibilité aux internautes intéressés (mais pas que…) de lui poser des questions au travers son compte officiel sur le réseau social Twitter et un hashtag dédié : NSdirect. Alors comme on pouvait s’en douter les écervelés de gauche, d’extrême gauche et d’extrême droite y ont vu une occasion formidable d’allumer l’ancien président en public. Ca a permis à certains médias de poursuivre leur anti-sarkozysme. Un déluge de tweets haineux, caricaturaux, rarement humoristiques s’est produit dès l’annonce de cette opération de communication. Je n’ai pas tout lu car j’ai d’autres choses à faire que de lire des débilités, mais je dois dire que j’ai été « choqué » par tant de haine. J’ai l’impression que tous ces crétins qui s’étaient visiblement donné rendez-vous, continuaient la campagne socialiste de 2012 ! Certains messages flirtant même avec la diffamation. Tout ce que j’ai envie de dire, c’est que si on se décidait à renfermer tous les cons dans un placard gigantesque, il n’y aurait plus personne pour le fermer… Les autres, les plus intellectuels de notre société ayant fait le choix de fuir ce maudit placard (!) depuis longtemps. Ce qui me fait rire, c’est que tous ces gens vous sortent les mêmes absurdités. Preuve en est qu’au niveau argumentation, on peut repasser ! Ce qui les agace c’est que leur rêve masturbatoire (Sarkozy incarcéré) tarde à se réaliser. Alors bien sûr que Nicolas Sarkozy a des casseroles, mais n’est-ce pas simplissime de faire collectionner les affaires à un homme qu’on déteste ? L’invention privilégiant la présomption… Que ces gens guidés par la haine, laissent faire la justice et rira bien qui rira le dernier. Je n’ai pas toujours été tendre avec Sarkozy mais je crois que l’homme est bien assez intelligent pour ne pas avoir brigué la présidence de sa famille politique en se sachant coupable de quoi que ce soit. L’avenir me contredira ou pas ! Dans tous les cas, j'adore voir à quel point cet homme compétent dérange le camp d'en face. On peut comprendre qu'au bout d'un moment, l'échec ça doit énerver alors leur défense, c'est l'attaque, l'offensive verbale ou noire émanant d'un cabinet. Aussi lâche et bête soit-elle... On voit clairement le niveau de ces esprits malsains. Ne voyez surtout aucune agressivité dans mes propos puisqu'il s'agit tout simplement du fond de ma pensée et que j'écris ces lignes aussi calme que j'ai pu me lever ce matin. Au final : laissons faire les socialistes qui n'écoutent qu'eux-mêmes car ils fabriquent depuis 3 ans ce qui sera notre arme demain : leur bilan...


    votre commentaire
  • Grâce aux élections, la mauvaise foi des socialos est prouvée.

    Depuis la dernière élection présidentielle, je ne regarde plus les soirées électorales à la télévision et je ne les écoute pas non plus. Ces soirées vous donnent mal au crâne très rapidement car les intervenants se coupent la parole et la plupart du temps, c’est énervant car ça tourne au vinaigre avec un parfum de cour de récréation. Et puis au bout d'un moment, on s'aperçoit que le journaliste, « maître de cérémonie » est incapable de faire la loi sur son plateau. Bref, depuis ce matin, j’entends les commentaires à la radio comme je les lis sur internet et je me demande si je ne vais pas finir cette journée avec un torticolis tellement les socialistes racontent n’importe quoi et usent du mensonge à outrances. Ils se sont pris une grosse baffe et ils sourient ! J’en mets ma main à couper qu’en coulisses, ils font la gueule… Bref, le socialisme, c’est du paraître, du mensonge quotidien et de l’inaction. Quand je pense à Valls qui a fait campagne avec l’argent du contribuable et qui ose mettre à son crédit que le FN n’est pas le premier parti de France, je me demande à quel moment ces gens-là, vont arrêter de mentir et comble de la situation : arrêter de se mentir à eux-mêmes ? Valls est un arriviste habillé d'arrogance et qui vise la place du Flamby. Si les socialistes étaient un brin réalistes, ils sauraient que les français, du moins la plupart, ne les écoutent pas et qu’ils sont libres de leur votes. Je ne supporte pas que dans mon pays, on ose appeler les électeurs à voter pour tel ou tel candidat. En France et donc en démocratie, l’électeur est libre de son choix et ne doit pas être influencé bien souvent par des politiques qui ont peur ce qui est le cas des socialistes en l'état. Je suis un fervent défenseur du ni PS, ni FN de Nicolas Sarkozy car il est synonyme de liberté. Celle des électeurs et de leur conscience. Par ailleurs, je trouve déplorable de voir que les politiques comme les médias se moquent pas mal d’une information qui fait mal à la démocratie : le taux d’abstention. Et puis ne vous y trompez pas : dans ce pays où bon nombre de médias sont à la botte du pouvoir, ils étaient complices du gouvernement Valls dans le but de faire peur en annonçant le FN comme grand vainqueur des départementales 2015. Ne vous y trompez surtout pas car les bidouilles et les coups bas font la face "cachée" de la politique. Les socialistes se sont vus infliger une bonne fessée, il ne fait aucun doute qu’ils vont finir par interdire ce geste !!! Pour le moment, c'est la démocratie qui gagne. Pourvu que ça continue. Il y a des combats justes dommage de voir que depuis 3 ans, les socialistes n'en conduisent aucun de louable.                           (crédit photo : © Maxppp)


    votre commentaire
  • Mon voeu pour Hollande en 2015 : un an pire...

    Hier soir, si vous me connaissez un peu, vous pensez bien que je n’ai pas regardé l’intervention enregistrée de Hollande pour ses vœux 2015. A moins d’être totalement taré ou socialiste, je ne comprends pas qu’on puisse encore porter le moindre intérêt à cet homme qui est tout sauf président. Sachez que ce mec sert ses propres intérêts et ceux de sa bande en se foutant pas mal de ceux de la France et donc des vôtres. Depuis déjà quelques semaines, je n’écoute plus la moindre parole socialiste car elle est incohérente, brouillon et très amateur. En 2015, plus que jamais, j’ai décidé de poursuivre dans ce sens ! Tout ce que vous dit ce gouvernement est faux et je n’ose même pas vous parler de ses prévisions… N’oubliez pas que le gars nous avait promis la baisse du chômage fin 2013. A fin 2014, regardez le résultat. La France est « dirigée » par une bande d’incapables qui en plus fait dans le clientélisme et ne s’adresse qu’à une partie du peuple. En tant que chrétien, je note que cette année, mes amis chrétiens et moi n’avons pas eu droit à un joyeux Noel de la part du « pouvoir » quand ce dernier n’oublie pas de souhaiter un bon ramadan aux musulmans ou une bonne fête de je ne sais quoi à d’autres. Hollande pratique donc une laïcité fortement corrigible. Nous n’oublierons rien. Quand je dis « nous », je parle au nom de celles et ceux qui sont de mon côté et je sais que nous sommes nombreuses et nombreux. La campagne pour 2017 s’annonce passionnante. La gauche va prendre en pleine face ce qu’elle a elle-même produit contre le candidat de droite en 2012. Sauf que nous, à droite, nous disposons d’armes réelles. Attention que l’on soit d’accord : je ne parle pas d’armes à feu ! Hollande semble visiblement croire en sa réélection, c’est dire son sens de la réalité. Il restera le président du mensonge qui a permis à certains de sa bande de mettre leurs noms sur des lois. Mais après ? Un quinquennat aussi vide que son bureau… La France aura perdu 5 ans et la facture sera lourde de conséquences.


    votre commentaire
  • Carla Bruni couche à nouveau à côté d'un président !

    Depuis presque 24h, la France a retrouvé une opposition avec un vrai président. Vous le savez très certainement, à moins de vivre très éloigné de l’information, Nicolas Sarkozy est devenu le président du premier parti politique de France : l’Ump. Avec 64,5% des votes, l’ex président est confortablement installé au poste et les embûches à venir seront nombreuses. Alors bien entendu, depuis 24h les socialistes excellent au travers leur seul talent : la mauvaise foi. La plupart des médias jouissent également à outrance de la mauvaise foi car lorsqu’Hollande remporte la primaire socialiste avec 56%, ils annoncent dès lors une large victoire mais quand Sarkozy remporte une élection interne avec 64,5% des votes, c’est une petite victoire. Cherchez l’erreur. Je ne pourrai jamais porter le moindre crédit à de tels médias aussi partisans (BFM en tête de liste). A les entendre, Nicolas Sarkozy aurait dû faire l’unanimité (comme Marine Le Pen en quelque sorte avec 100% des voix mais seule candidate au FN !) et les deux autres candidats : Lemaire et Mariton, auraient dû faire chou gras. Pour moi, ce score est très bon car s’il avait été plus élevé, Sarkozy aurait pu être tenté de se croire tout permis alors que dans cette situation, il va être obligé de conjuguer avec les autres en premier lieu desquels : Bruno Lemaire qui fait quasiment 30%. La plus grosse énormité socialiste provient directement de la bouche du condamné Cambadélis qui réclame un débat avec Sarkozy qu’il juge désormais comme étant comme lui : président d'un parti. Bien entendu le socialiste oublie de préciser que lui, n’a pas été élu mais installé comme son prédécesseur (le condamné Harlem Désir) par Hollande et sa clique… Au PS, les adhérents apportent du capital mais sont priés de ne pas trop en demander pour le reste. La démocratie est bonne chez les autres mais surtout pas chez eux voyons. Avec les socialistes, c’est faites ce qu’on vous dit mais surtout pas comme on fait… Et par pitié, qu’ils arrêtent avec leur refrain sur l’héritage car franchement, la France sera dans un état tel qu’en 2017, il faudra vraiment avoir des couilles pour balayer 5 années de socialisme destructeur. Bref, avec un président élu démocratiquement, de façon moderne et incontestable, la mauvaise page de 2012 (l'épisode Fillon/Copé) est définitivement tournée et désormais, tout le travail est à faire. Je ne suis plus adhérent à l'Ump depuis 9 mois mais je suis fier qu’un homme qui défend la France puisse désormais s’opposer à ceux qui la donnent…

    Petit rappel :en 2004, Nicolas Sarkozy était élu avec 85% des voix (60 000 adhérents). En 2014, il est élu avec 64.5% des voix (100 000 adhérents). Les médias (de gauche) appellent ça un échec !


    2 commentaires
  • Najat Vallaud-Belkacem destructrice de notre éducation nationale.

    Par idéologie, le gouvernement détruit toute ambition pour notre école. En quelques jours, Najat Vallaud-Belkacem, la nouvelle ministre de l'Education nationale, a lancé plusieurs projets qui vont miner notre système scolaire : suppression des notes à l'école et au collège, interdiction du redoublement (même pour les élèves en grandes difficultés) et refonte de la totalité des programmes et des manuels scolaires. La transmission des savoirs fondamentaux n'est clairement plus une priorité ; la ministre préfère "déconstruire les stéréotypes de genre" ou évoquer l'orientation sexuelle des personnages historiques et littéraires dans les manuels scolaires. Toutes ces "réformes" sont conduites à l'abri du regard des familles et des enseignants de terrain. Elles sont "pensées" et mise en oeuvre entre amis politiques, comme le montrent, d'ailleurs, les subventions et les nominations décidées par la ministre. C'est pour mettre fin à cette omerta qu'a été créé l'observatoire des programmes scolaires. Son objectif est d'informer et d'alerter les familles dès qu'une  réforme dangereuse est en préparation afin de mobiliser les concitoyens et faire reculer le gouvernement, comme il a déjà réussi à le faire sur certains amendements à la loi Peillon. Pour lutter contre le nivellement et l'endoctrinement de nos enfants et petits-enfants, l'observatoire a besoin de vous. Vous pouvez tout de suite aider l'observatoire et faire reculer la ministre sur la suppression des notes en signant la pétition ci-dessous. Le temps presse. Les premiers arbitrages dans ce dossier seront rendus publics mi-Décembre.

    Signer la pétition !


    votre commentaire
  • Faites comme on vous dit de faire, pas comme on fait...

    Le gouvernement serre la vis, réduit les dépenses, augmente les impôts, taille dans les aides sociales, et voilà que René Dosière met son nez dans les documents budgétaires pour s'apercevoir que, ô stupeur, la rémunération des conseillers ministériels a augmenté en moyenne de... 7,1% entre 2013 et 2014. Les primes, appelées indemnités sujétions particulières, ont quant à elles subi un coup de pouce plus modeste (4,3% tout de même). Au total, en comptant la rémunération et les primes, chaque conseiller : gagne en moyenne 6,5% de plus cette année que l'an passé. L'inflation, pour mémoire, est passée de 0,6% en septembre 2013 à 0,3% aujourd'hui. Entrons dans les détails. En 2014, énumère le député socialiste, la rémunération moyenne d'un membre de cabinet ministériel s'est élevée à 8 201 euros brut par mois (7655 euros en 2013). L'indemnité - la prime - est quant à elle en moyenne de 2235€ chaque mois (2142€ en 2013). "Ces hausses sont choquantes dans une période où ces mêmes personnes demandent aux Français des efforts de rigueur et d'économie", observe, plutôt direct, l'élu de l'Aisne. Il remarque en revanche que la hausse des rémunérations est plus modérée à Matignon (+ 3,7%, à 13348€), parce que les primes ont été fortement réduites. Plus curieux encore, beaucoup de conseillers gagnent plus que leur ministre... Dans 19 ministères sur 31, la rémunération brute moyenne est en effet supérieure à celle du ministre, qui s'établit selon René Dosière à 9940€. Enfin, la rémunération la plus élevée se trouve au ministère de la Culture (un conseiller gagne 13744€ par mois !), suivie de l'Intérieur (12987€), de la Décentralisation (12680€), du Redressement productif (12369€) et enfin à l'Enseignement supérieur (12222€). C'est au ministère de l'Intérieur et à celui de la Défense qu'on gagne le plus : 12987 € brut par mois, primes comprises... 


    votre commentaire
  • Hollande : la France victime de haute trahison.

    Le Sénat vient de voter la loi qui permet la destitution du président. Il est important de passer aux actes. La loi sur le référendum, elle, est claire, le peuple peut le déclencher, mais il faut obtenir le soutien d'1 parlementaire sur 5. 1 sur 5 ce n'est pas impossible puisque le Sénat est récemment passé à l'opposition. Mais le mouvement citoyen part toujours du peuple, qui doit s'organiser par des actions et des pétitions. L'enjeu est grave. Le gouvernement est incompétent. Le président est accusé d'avoir fraudé son élection mais aucun média ne veut en parler. Lui, censé être le 'garant de la sûreté nucléaire', il s'est promené en scooter. Le système qui nous gouverne est devenu anti-démocratique. Les fonds publics, vos impôts, ont financé des organisations terroristes et islamistes. De plus en plus, on assiste à une violence d'état contre le citoyen, payée par le citoyen. La répression est idéologique. De tout cela, et d'autres raisons chaque jour plus graves, Hollande peut être accusé. La procédure de Haute Trahison peut être lancée, si vous faites passer la pétition Hollande est le danger numéro 1 pour la France. N'aurez-vous pas trahi la France si demain, vous ne faites rien ? Faites comme moi : agissez en signant la pétition accessible en cliquant sur l'illustration de ce billet.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique