• Politique

    Politique

  • L’ère Macron : un éternel recommencement…

    Comme je le disais voici quelques jours sur mon compte Twitter, il y a longtemps (quelques mois) que je n’ai pas rédigé un billet politique. Ne trouvant plus de mots ou les bonnes expressions pour en parler le plus justement possible, j’ai préféré attribuer du repos à ma plume. Malgré tout, rares sont les jours durant lesquels je n’aborde pas la politique avec mes proches ou des gens que je connais et que je rencontre au fil du hasard. Faut dire que la politique mène le monde et berce notre quotidien. A moins de vivre complètement en retrait de tout ça… Aujourd’hui, je vais tout de même vous dire ce que j’en pense ! Macron que je n’ai pas élu, n’est qu’un mélange des deux présidents qui l’ont précédé. Le monsieur vire un jour à gauche puis à droite le lendemain tel un homme qui se laisse porter par le vent qui souffle plus ou moins fort selon le lieu où il se trouve. Macron, ce jeunot (ça me fait plaisir de dire ça car il a mon âge !) qui a soif de tout contrôler excelle dans un domaine : celui de la communication. Ah il communique le gars et peut-être un peu trop pour que tout soit réellement spontané. Il a beau y faire, on la sent bien la communication aiguisée jusqu’au boutisme. Je n’apprécie pas le personnage qu’il est et ce qu’il dégage. J’ai du mal à savoir de quel bord il est, politiquement parlant j’entends et je ne porte jamais ma confiance à un homme qui me renvoie beaucoup de trouble. La bobosphère et la médiasphère l’ont fait accéder au pouvoir mais il doit surtout sa victoire au FN. Un candidat qui se retrouve face au FN au second tour peut parfaitement anticiper sa victoire dès le soir du premier tour. Macron l’a d’ailleurs prouvé avec sa petite sauterie de La rotonde, le soir du premier tour de la présidentielle… En ce début Octobre, je dresse tout de même un constat : le monsieur fait déjà beaucoup de déçus - malgré tout le temps qu'il lui reste pour faire ses preuves - parmi ceux qui ont osé croire en lui. Sur ce plan-là, il parvient même à décevoir plus rapidement que son géniteur politique (un certain François Hollande) ! Combien de fois ai-je dis pendant la campagne présidentielle qu'il ne fallait rien attendre d'un banquier et encore moins de la part d'un mec qui lance son propre parti en décidant son nom de baptême sur ses propres initiales ? Je n’apprécie que très peu le personnage à l'ego surdimensionné et je déteste encore plus ce déferlement médiatique autour de son couple qu’on cherche presque à nous vanter comme étant un modèle. Tout ça parce qu’il est marié à une dame bien plus âgée que lui (!) et que pour une fois, ça arrange bien les chiennes de garde qui, pour certaines, semblent en avoir assez d'aboyer après ce qu’elles appellent la domination masculine qui relève tout bonnement de leur imagination. On ne peut pas vanter un tel couple qui n'aura aucune chance de passer sa retraite ensemble...! La Brigitte est devenue la nouvelle coqueluche de certains journaleux, faut juste se faire à l'idée qu'on va en bouffer pendant encore quelques années et qu'on est libre d'éviter tout ce ramassis de conneries qui démontre simplement de la complaisance outrancière et finement calculée.. La France pensait avoir connu le pire avec le flan, il se pourrait bien que le pire (un gros bordel) ne se soit pas encore produit comme elle le pensait… Personnellement, je vais attendre de voir ce que va faire l'arrogant dans les prochains mois. A défaut d’être en marche, je vais courir vers la machine à café afin de me prendre un p’tit noir bien serré, juste histoire de me calmer…


    2 commentaires
  • La République en marche ? Pas pour tout le monde...

    Enfin… Oui, enfin, la page politique est à tourner. Après des primaires qui ont divisé la droite puis la gauche, une campagne présidentielle assassine et intrigante et des législatives qui ont fini de bousculer toute la sphère politicarde, voici que s’annonce un été placé sous d’autres signes que celui de la politique. Tant mieux ! Alors cette dernière - la politique - ne vous intéresse peut-être pas et c’est votre droit mais si votre manque d’intérêt pour elle, vous transforme en abstentionnisme alors permettez-moi de vous dire sans langue de bois, qu’il faut revoir votre copie de toute urgence. Le grand gagnant des mois passés ce n’est pas Emmanuel Macron, c’est dame abstention et Dimanche dernier n’a pas dérogé à la règle bien au contraire puisque le record a été pitoyablement franchi. Je ne supporte pas l’idée qui est celle d’avoir un droit et de ne pas en user le cas échéant. Depuis que j’en ai le droit, j’ai toujours voté et je continuerai même si parfois c’est le dégoût qui règne. Quand je vais au restaurant et que j’ai le choix entre deux formules et bien je choisi… LOL Ce qui me met hors de moi c’est le fait de devoir constater que dans la plupart des cas, ce sont les personnes qui n’ont pas voté qui sont les premières à l’ouvrir à la première occasion… Bref, tout cela pour dire que les français attachés à leur devoir de citoyens, ont choisi de mettre « fin » aux familles politiques traditionnelles : la gauche et la droite. Malgré que l’une s’en sort tout de même mieux que l’autre. Si Hollande ose encore croire qu’il a laissé le pays dans un meilleur état que celui que lui avait légué Sarkozy, il se trompe. En plus de cela, il a tué sa famille politique et la plupart de celles et ceux qui ont été ses ministres ! Emmanuel Macron n’est pas un président populaire comme tant se complaisent à le dire. La vérité est ailleurs. Il bénéficie d’une chance énorme : celle d’être tombé au bon moment. Celui où les français voulaient un changement notoire et radical. Résultats des courses, pour les législatives, beaucoup ont retourné leur veste afin de surfer sur la vague Macron. Plus par ambitions personnelles que par convictions, faut quand même oser le dire et en être bien conscient. Aujourd’hui, l’Assemblée Nationale compte bon nombre d’inconnu(e)s qui pour la plupart ont vu en Macron, une chance énorme d’accéder au poste de député(e). Personnellement, je ne crois pas en ce nouveau quinquennat. Je ne crois pas en monsieur Macron qui fait de la surenchère depuis le début. Malgré tout, pour mon pays, j’espère me tromper contrairement au cas Hollande… Les mois à venir me feront avoir raison ou tort.


    votre commentaire
  • En Marche vers le succès ou le mur...

    Le 07 Mai 2017, en plus de dire non à celle qui aurait pu devenir la première présidente de la France, les électeurs français ont massivement décidé de ne pas choisir ou de tout simplement ne pas se déplacer dans leurs mairies. Le grand vainqueur de cette élection présidentielle n’est pas Emmanuel Macron mais bien François Hollande qui marque sa première victoire depuis 5 ans. Après avoir éliminé un adversaire menaçant, il est parvenu à placer son bébé politique. Souvenez-vous : en 2012, Hollande déclarait que son ennemie était la finance. En 2017, il parvient à faire élire son poulain tout droit sorti de la grande finance. Un comble qui marque encore une contradiction. Une chose est sûre : Hollande ne manquera qu’à un cercle restreint pendant que chacun accourt derrière Macron au cas où il y est assez à manger dans la gamelle pour tout le monde (pas sûr...). Je n’ai pas voté Macron car je préférais faire acte de féminisme (pour une fois !!!) et user de mon vote pour une femme qui n’avait aucune chance de débarquer au Palais de l’Elysée. Surtout après un débat télévisé désastreux où elle s’est franchement ridiculisée. Marine Le Pen avait déjà perdu le soir du 23 Avril et son échec a été prononcé le soir du 03 Mai devant des millions de téléspectateurs. Ceux qui brandissaient leur carte de la peur n'avaient que ça à foutre semble-t-il. En n’ayant pas voté Macron, je suis libre de pouvoir m’en prendre à lui durant les 5 prochaines années - je ne vais pas me gêner - au contraire de toutes celles et tous ceux qui ont retourné leurs vestes au point de mettre au placard leurs convictions. N’oublions pas que la plupart des politiques pensent avant tout à eux-mêmes bien avant la France et les français et qu’ils font souvent privilégier les petits calculs qui leur vont bien. C’est tout cela qui a engendré ce manque de confiance notoire des électeurs après 30 ans de narcissisme et d’appât du gain. Ce sont eux qui créent l'abstention. J’aimerai que Macron réussisse mais son programme me fait taire cet espoir que j’aurai pu oser lui porter. Si Emmanuel Macron en est là aujourd’hui c’est surtout grâce à tous ses sponsors officiels : les médias et le pouvoir encore en place pour quelques jours qui l'ont plébiscité, chouchouté durant des mois. Ajoutez à cela une bonne touche de marketing bien pensé : « je ne suis ni de gauche, ni de droite » et vous trompez des millions de gens surtout quand vous portez un joli costard et que vous avez les dents plus blanches que blanc... J’aimerai croire qu’En Marche est bien synonyme de changement mais je reste convaincu que c’est simplement le nouveau nom de baptême du Parti Socialiste. Le renouveau ne passera pas au travers un type qui attire des femmes et des hommes du passé comme un aimant… Je terminerai ce billet par une boutade : quand on voit l’état dans lequel Hollande lui laisse le pays, le petit Manu devra bien vite arrêter de marcher pour se mettre à courir s’il veut réussir. La situation est on ne peut plus grave et la France ainsi que les français, ne peuvent plus attendre.

    PS : c'est bien la première fois de ma vie que je dédie un billet à un banquier... LOL


    4 commentaires
  • Un long quinquennat se termine, le suivant le sera tout autant...

    Dimanche, les français, en petit nombre (je parle de la participation), on choisit d’emmener deux candidats complètement différents au second tour de l’élection présidentielle tout en mettant au rebut les bonnes vieilles droite et gauche. Le militant de droite que je suis n’en reviens toujours pas de ce choix qui est à faire mais n’est pas vaincu pour autant pour la suite. Une nouvelle campagne se prépare, celle des législatives. Pour que la droite ait toutes ses chances, je souhaitais le retrait de monsieur Fillon. Heureusement, il l'a fait dès hier, la campagne peut donc être lancée sans que chacun y rattache ce personnage devenu un véritable boulet pour sa famille politique. Dans 5 ans, j'espère que la droite aura un(e) candidat(e) qui n’aura rien à craindre du Canard Enchaîné et des autres journaleux... Je suis persuadé que les français n’ont pas forcément dit non à la droite et à son programme en ce 23 Avril 2017. Bien au contraire, ils ont avant toute chose rejeté François Fillon clairement visé par le monde médiatique durant ces derniers mois et on ne peut plus affaibli. Sa campagne fut un véritable chemin de croix. On sait bien qu’en politique tous les coups sont permis, nous en avons de nouveau eu la preuve la plus flagrante durant cette maudite campagne où tous les sujets importants ont été piétinés pour ne pas dire épargnés. Dans moins de 15 jours, je ne suivrai pas la consigne de vote de mon candidat perdant redevenu militant. Je ne suis pas du genre à me battre contre un ennemi, un opposant puis à finir par m’agenouiller devant lui. Faut quand même être cohérent donc mon vote ira à Marine Le Pen. Je suis persuadé qu’elle n’a aucune chance de remporter la victoire, donc le 07 Mai, je ferai acte de patriotisme comme les frontistes aiment le dire (Emmanuel Macron n'en a pas le moindre gramme sur lui). Hors de question de voter pour un candidat porté par la médiasphère et le pouvoir qui est en place pour encore quelques jours. En Marche n’est qu'un leurre. En fait, c'est juste le nouveau nom de baptême du Parti Socialiste dont le candidat Benoît Hamon est parvenu à faire encore moins que la cote de popularité du président sortant ! Permettez-moi de vous dire que dans une démocratie telle que la nôtre - du moins ce qu’il en reste - je suis toujours extrêmement choqué par les consignes de vote données par le plus grand nombre. Un électeur est libre et n’a surtout pas besoin de consigne ou de se faire influencer. Notez par ailleurs que la gauche s’en prenait sans cesse au ni, ni de Nicolas Sarkozy et que l'absence d'appel au vote de Jean-Luc Mélenchon ne la gêne pas plus que cela. Encore deux poids, deux mesures. Une habitude...


    5 commentaires
  • Présidentielle 2017 : on voit enfin le bout du tunnel...

    A seulement trois jours du premier tour de l’élection présidentielle, les esprits s’échauffent et chez certains, j’ai l’impression qu’ils ont brûlé… Nous allons enfin connaître le dénouement de cette campagne qui aura au moins eu la grâce (!) d’être plus nauséabonde et passionnante que la précédente. A croire que tout cela ira désormais crescendo ! J’espère que les français vont avoir l’intelligence de virer cette gauche qui croit sans cesse être en possession des clés de la vérité alors qu’elle abuse du mensonge et qui est convaincue d’être la plus compétente quand durant cinq années, elle nous a apporté la preuve toute flamboyante du contraire. Remontez cinq ans en arrière, puis refaites le chemin jusqu’à aujourd’hui et dressez le constat réel de notre pays. La France va mal, elle vient de subir cinq maudites années de socialisme destructeur et idéologique. Hollande qui a détruit sa propre famille politique, ose dire que le pays se porte mieux qu’en 2012 nous confirmant ainsi sans devoir passer par un bilan médical que le bonhomme a franchement des problèmes de vue et qu’il doit en compter d’autres... Un socialiste est incapable de se regarder dans une glace et se dire "j'ai échoué". Incapable. Si le gars était fier de son bilan - le vrai pas l'imaginaire - pépère aurait été candidat à sa propre succession non ? Ne vous y trompez pas : la gauche, c’est le parti de ceux qui veulent absolument avoir raison alors qu’ils ont bien souvent tort, la gauche, c’est le parti qui donne la France quand elle devrait la protéger, la gauche c’est un parti qui prône l’évolution (...) au travers des lois comme le mariage pour tous ou l’instauration de la GPA cette honte humaine visiblement promise par Macron à papy Bergé à la tête du journal Le Monde qui est la vitrine de Macron depuis de nombreux mois… Je dis ça, je ne dis rien. Vous le savez si vous me suivez de façon plus ou moins régulière, mon vote ira au même candidat qu'Alain Delon a choisi : François Fillon. Seul candidat dans lequel je me retrouve le plus souvent au travers un programme dur, ambitieux mais vital à notre hexagone. Alors bien sûr, on peut me balancer les affaires du monsieur dans la tronche et bien au point où nous en sommes - une offre politique franchement pitoyable - je suis persuadé, n’en déplaise à certains que monsieur Fillon est LE seul capable à gouverner (avec une majorité en plus) et changer à minima ce pays qui en a tant besoin. Il a la stature, l’expérience et un entourage compétent. Hier, un utilisateur du réseau social Twitter me disait qu’il serait inaudible à l’étranger, je ne crois pas que les étrangers s’arrêteront aux affaires (planifiées pour sortir au bon moment). Voit-on en Trump un homme qui attrape les femmes par la chatte ? Pour en revenir aux affaires, je le répète souvent : attendons le verdict de la justice au lieu de jouer les juges sans diplôme, un comportement qui dénote au passage, une certaine intelligence qui n’est pas dû à tout le monde visiblement depuis quelques semaines… Pour bon nombre, surtout de gauche faut bien le dire, les affaires sont devenues l’arme idéale pour taper, pour cogner sur un opposant qui fait peur, un candidat qui a des capacités qu’ils rêvent chez les autres… Monsieur Fillon a traversé des moments difficiles et pas plus tard qu’hier, les étudiants visiblement protestataires pour ne pas dire militants de L’école 42 de Monsieur Niel (bobo de gauche - journal Le Monde) avait semble-t-il prémédité leur coup - peut-être la veille lors de la dernière pause-café - de façon similaire à ceux de la plateforme de streaming Deezer pour laquelle je suis bien heureux de ne pas verser le moindre de mes €uros… Tout cela démontre des comportements franchement enfantins et pour le moins risibles. Je porterai le même jugement si ces comportements très discutables avaient visé un politique de gauche, je vous le certifie. Au lieu de mettre un simple wallpaper sur plusieurs ordinateurs, je me serai adressé directement à la personne présente sur les lieux, c’est aussi cela avoir du courage. Et toc ! Un courage qui avait visiblement laissé toute sa place à l’amusement sur un lieu de travail. Un crétin de chez Deezer a simplement répondu à l’un de mes tweets en m’envoyant le lien d’une chanson titrée Meurs, le niveau est éloquent… Bref, tous ces enfantillages ne font pas avancer quoi que ce soit. Mes amis, n’oubliez pas que nous sommes toutes et tous dans le même bateau. S’il coule, ce sera la faute de celles et ceux qui auront mal choisi. Malgré tout, ceux qui auront fait le bon choix sombreront aussi avec eux. Réfléchissez bien, comparez les programmes, ne votez pas sur un simple feeling, sur un simple faciès et ne laissez surtout pas les médias hautement manipulateurs choisir à votre place. Vous êtes libres quand les journalistes sont menottés par des puissants millionnaires qui donnent les ordres ! Ces mêmes médias qui préfèrent de plus en plus militer au détriment de l’information telle qu’elle méritait en son temps d’être nommée… Dimanche : votez mais votez bien et consciencieusement. Pour le pays, pour votre famille, pour vos enfants et bien entendu pour vous.


    9 commentaires
  • Le dénouement d'une campagne qu'on a détournée...

    Les semaines ont passé à vive allure et voici que nous sommes déjà dans la dernière ligne droite de cette campagne présidentielle qui aura été comme aucune autre... Alors que Flamby a totalement déçu son monde, pépère voyage et donne les derniers coups de pinceau d’un mandat qui ne restera pas dans les annales de la Vème République et qui aura besoin d’une deuxième couche pour amoindrir tous les défauts des 5 années passées. La seule bonne décision qu’Hollande aura prise, c’est bien la dernière : ne pas se représenter. Il a désormais un point commun avec son ennemi Nicolas Sarkozy : un mandat. En abdiquant, il fait enfin un cadeau à son pays ! Aujourd’hui, 12 Avril 2017, le compteur des derniers 15 jours tourne à plein régime et le jour J approche à grands pas. Les médias chouchoutent  toujours autant - peut-être même plus encore - Emmanuel Macron quand les plus partisans (de gauche bien sûr…) croient mettre le couperet final sur François Fillon en sortant les miettes (ex : les dernières révélations du Canard) de ce qui restera comme ayant été le Penelopegate. Plus que jamais, je me range derrière le candidat représentant ma famille politique (Les Républicains) et on peut y mettre toutes les casseroles que l’on veut au derrière d’ici le premier tour, rien ni même personne ne me fera changer d’avis. Le mandat socialiste a brisé le pays et le programme de Monsieur Fillon est le pansement nécessaire pour arrêter l’hémorragie provoquée par le socialisme destructeur. Mes chères lectrices, mes chers lecteurs, ne vous y trompez pas : c’est un programme qu’on choisit, pas un homme qui comme tout autre a commis des erreurs dans sa vie mais a très certainement produit de bonnes choses. Comme votre patron vous a choisi pour vos capacités plutôt que votre personne même si cette dernière lui démontrera dans le futur qu’elle n’a pas à lui faire regretter son choix du passé. Macron est un parfait imposteur, Monsieur "d'accord avec tout le monde" est le digne héritier d’Hollande atterrit sur le podium du trio de tête grâce au monde médiatico-politique dirigé par de la haute bourgeoisie qui a décidé de le placer là où il est. La haute bourgeoisie que je pointe du doigt en ces lignes est bien la seule qui ne dérange pas la gauche d’ailleurs… Un électeur est une personne qui sait réfléchir, qui fait preuve de bon sens, pour son pays, pour ses enfants, pour lui et qui défend forcément - je l'espère - des convictions personnelles et qui les retrouve toutes ou en partie au travers le programme d'un(e) candidat(e). Un vote qui se fait sur une simple tête n’est pas un bon vote, permettez-moi de le dire, car j’appelle ça un vote complètement injustifié et que lorsqu’on vote pour quelqu’un il est à minima nécessaire de pouvoir dire précisément pourquoi ? Oh bah, il a une bonne tête alors voilà quoi ! Et sinon pour son programme : j'sais pas, j'l'ai pas lu… Le 23 Avril, réfléchissez bien. Votre bulletin de vote sera soit un pansement, soit un appui douloureux sur une plaie ouverte depuis bien trop longtemps et qu'il faut bien vite refermer pour le bien être du pays mais aussi le nôtre...



    A ceux qui jugent improbable que le pouvoir manipule autour de lui, je leur dirai qu'une seule chose : regardez vite cette vidéo de Eric Brunet, un journaliste qui confirme ce qu'indique son acte de naissance : il a des couilles ! Il faut vraiment être idiot pour ne pas voir clair dans le jeu politique qui règne dans notre pays et tant d'autres. Le candidat de la droite française est victime d'un complot. Point barre.


    votre commentaire
  • Ce n'est plus à démontrer : la presse est à la botte...

    C'est un véritable bouleversement d'opinion chez les Français. On comprend mieux pourquoi le gouvernement et la presse musellent cette information… Intitulée "Sondage caché", car c'est une véritable bombe à retardement ! La publication des résultats de l'enquête annuelle publiée chaque année dans Le Monde, menée par l'institut OpinionWay et le Centre de Recherche Politique de Sciences Po, intitulé "Baromètre de la confiance politique". C'est la cinquième édition mais, pour la première fois cette année, le 13 Février, la presse n'a dévoilé que 41 pages sur 84... Cela a mis la puce à l'oreille De l’hebdomadaire Valeurs Actuelles qui s'est demandé ce qu'on voulait nous cacher et s'est procuré les résultats de l'enquête, qu'elle a publié dans son n° 4026. Les résultats sont stupéfiants, c'est un véritable séisme politique ! En voici le résumé fidèle : 75% des Français ne font plus confiance à l'État, ni à la République, 88% rejettent catégoriquement les partis politiques, 87% jugent que Macron n'a pas l'étoffe d'un président, ça c'est moins étonnant, 61% sont prêts à manifester, alors qu'ils n'étaient que 30% en 2010 et 71% ne font plus confiance aux syndicats. Mais la stupeur : 50% ne croient plus à la démocratie et souhaitent avoir à la tête du pays un homme au pouvoir personnel fort quand 12% souhaitent même que l'armée dirige le pays ! C'est du jamais vu depuis 200 ans et ça montre la crise où ce gouvernement d'énarques coupés des réalités du pays a plongé le pays. Sans surprise : 56% placent Fillon le plus compétent en tête pour redresser la France, 67% pensent qu'il y a trop d'immigrés en France et 50% sont pour le rétablissement de la peine de mort (ils n'étaient que 35% en 2011). Quelles que soient les réflexions que nous suggèrent ces résultats, on voit bien en tout cas à quel degré de crise profonde et de désaffection de la classe dirigeante nous a mené la politique (et nos politiques) de ces dernières décennies. Les Français ne veulent plus être gouvernés par les énarques, ni par des fonctionnaires. C'est Fantastique : Enfin la France réagit. Ça redonne le moral et l'espoir ! Il est inadmissible et regrettable que les médias ne diffusent pas ce genre d'information, cela prouve bien qu'ils sont à la botte du pouvoir.


    votre commentaire
  • L'émission politique : Fillon ce résistant de la droite...

    Depuis quelques semaines, je me suis éloigné du réseau social Twitter sur lequel je devrai réapparaître d’ici quelques jours. J’ai décidé en pleine tempête politique (#PenelopeGate) de ne plus fréquenter l’oiseau bleu qui laisse la plupart du temps circuler des propos très borderline (haineux, diffamants...) et des informations sans source qui polluent mon fil. Hier soir, je ne vous cacherai pas que devant L’émission politique - diffusée sur France 2 - à laquelle François Fillon était l’invité, j'ai été incité d'y refaire un petit tour afin de prendre la température politique de la soirée. Je parle de l’intervention du candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle. J’ai vu qu’en plus de 5 semaines, l’ambiance n’avait pas changé et que les cons l’étaient toujours autant peut-être même plus... Pour en revenir à l’émission citée précédemment, j’ai trouvé que l’homme politique actuellement attaqué, avait parfaitement réussit l’exercice - une nouvelle fois - et je peux même vous dire que François Fillon surpasse Nicolas Sarkozy à l'oral (avis strictement personnel). Il est la démonstration parfaite du calme en pleine tempête politico-médiatique et de l’expérience politique indiscutable. Il est habité d’une aisance, d’une maîtrise de soi littéralement saisissante. J’aimerai tant être comme lui dans certains moments de ma vie où je perds vite mes nerfs, en plus, parfois pour de simples broutilles… Malgré tout, je lui reproche certaines maladresses (accusation Hollande, allusion Bérégovoy). Plus que jamais, je suis un homme de droite persuadé que le candidat est victime d’un complot monté de toutes pièces par le pouvoir socialiste à bout de souffle - qui dément tout par médias interposés bien entendu - qui veut tout simplement s’assurer une présence en "finale" au travers un candidat que je qualifie de parfait imposteur (Emmanuel Macron). Monsieur Fillon défend un programme qui est difficile, il faut bien le dire mais qui est le seul capable de remettre la France sur le droit chemin et donc sur pieds. Qui dit émission dit recherche du buzz (David Pujadas en est très friand...), je dois dire que le service public l’a parfaitement assuré hier soir en invitant Christine Angot qui a publiquement souhaité que Hollande revienne sur sa décision de ne pas se représenter. Vous voyez que l’invitée mystère était une parfaite militante PS, qui s'est révélée être aussi énervée que ridicule. J’ai éprouvé de la honte en me disant que ma redevance audiovisuelle servait à financer ce genre de spectacle télévisuel pitoyable. A ceux qui douteraient encore de l’existence d’un cabinet noir à L’Elysée, un conseil : lisez l'excellente enquête "Les dossiers noirs de l’Elysée" du magazine Valeurs Actuelles (numéro 4191). Personnellement, je suis persuadé qu’untel cabinet existe et on peut lui donner le nom qu’on veut et tout aussi bien nier son existence… En politique tout est permis surtout les coups bas.


    3 commentaires
  • Une présidentielle qu’il faudra bien vite oublier...

    Nous sommes à moins de 50 jours du premier tour de l’élection présidentielle et je dois vous dire tout simplement que je suis totalement dépité pour ne pas dire défait. Politiquement parlant j’entends ! Depuis des semaines, on ne parle même plus de l’avenir de la France et donc du nôtre. Seules les affaires axées sur la droite et son extrême permettent de monopoliser les chaînes de télé et la presse spécialisée. Des médias qui passent leur temps à déverser leur gerbe partisane et souvent d’une manière qui ne les grandit pas. Quel dommage que certains aient comploté contre le seul candidat qui pouvait guérir la France de cinq années de socialisme destructeur. Oui, vous l’aurez compris, je suis de celles et ceux qui pensent que le PenelopeGate, rebaptisé l’affaire Fillon est un complot monté de toutes pièces. Toutes les lectures que j’ai pu faire, tous les reportages que j’ai pu voir me conduisent à cette conclusion bien loin d'être hâtive. Un complot à hauts risques et qui pourrait se retourner contre ses initiateurs, je me comprends... Je ne viserai personne ici, je préfère garder certaines pensées personnelles pour moi-même. A l’heure actuelle, on joue - une nouvelle fois - la carte de la peur au travers le Front National mais plus rien n’empêchera celles et ceux qui sont tentés par ce vote extrême qu’il faudrait enfin à minima : respecter. Depuis presque une semaine, on nous reparle d’un plan B et les mauvais perdants de la primaire aimeraient revoir leur poulain se (re)mettre en place. François Fillon persiste, il s’obstine et désormais, je le dis tel que je le pense, c’est une erreur. Un erreur qui peut conduire la droite à ne pas être présente au second tour. Aujourd’hui, Alain Juppé a purement jeté l’éponge car incapable de rassembler, il savait très bien qu’il inciterait beaucoup à se diriger vers Marine Le Pen. Pour une fois, cet homme que je ne porte pas dans mon cœur, obtient donc toute mon estime pour cette sage décision qui est assurément le fruit d’une fine réflexion jointe à une fine analyse de la situation actuelle. Je pense que le 23 Avril, à 20 heures, les français découvriront les photos de Marine Le Pen et Emmanuel Macron sur leurs écrans de télévision. S’ensuivront 2 semaines d’appels au vote Macron qui passera à plus de 75% et qui sera donc un président par défaut et qui, en moins de 3 mois, en décevra le plus grand nombre. Ce type est l’héritier du Hollandisme. Il trompe son monde pour des raisons purement électoralistes et beaucoup, ouvriront les yeux quand il sera malheureusement trop tard. Le regretté Coluche avait donc raison : la politique, c'est 5 ans de droit et tout le reste de travers...J'ajouterai surtout qu'en politique il ne faut pas redouter l'odeur de la merde. Et puis au final, je pense que François ne renoncera pas car Pénélope n'aime pas quand il se retire... LOL


    votre commentaire
  • Finalement, encore une fois, on l'a tous dans le Fillon...

    Une nouvelle fois, bon nombre de concitoyens et d'électeurs sont déçus. Déçus par un homme à qui ils ont peut-être comme moi, voici quelques semaines, confié leur vote et donc leur confiance. Depuis plus d’une semaine, trop de doutes, trop de soupçons pèsent désormais sur les épaules de François Fillon, le candidat que l'on aimait croire être blanc comme neige... Ce que dévoile Le Canard Enchaîné est-il vrai ou s’agit-il tout bonnement d’un assassinat politique préparé par des ennemis qui ont peur ? Personne n’aura la réponse et la vérité ne sera pas forcément celle que l’on cherche à vous faire croire. Ne vous laissez pas manipuler par les médias et encore moins par les politiques. Personnellement, je trouve cette affaire trop grave pour que monsieur Fillon puisse jouir de ma confiance et de mon envie de militer encore pour lui. Ce midi, pris de colère par la situation, je me suis désinscrit de ses e-militants (voir site internet). Hors de question de faire passer des messages le défendant sur mon compte Twitter quand mes abonnés ont clairement compris que depuis hier soir, je n’étais plus dans son camp ! J’ai une certaine éthique et surtout : une conscience. J’analyse beaucoup et je prends des décisions rapidement sans jamais les regretter. J’aimerai d’ailleurs que Monsieur Fillon se retire. Pour une fois, Pénélope ne lui en voudra certainement pas…! Politiquement, le candidat n’incarne plus la moindre chance pour ma famille politique (Les Républicains). Je pense exactement comme le sarkozyste Georges Fenech qui ose dire ce que beaucoup de Républicains pensent mais taisent. Les derniers sondages qui tombent sont éloquents et je suis tenté de vous dire que les résultats de ces sondages ne sont pas une surprise et qu’ils sont carrément inutiles dans cette situation. Je ne comprends pas que la plupart des Républicains défendent encore le présumé coupable qui est également présumé innocent. A moins de 90 jours du premier tour de l'élection présidentielle, la droite, en restant inerte, prend un gros risque. Celui d'une crise interne majeure et attise ainsi une fuite possible d’adhérents… Il faut être réaliste. Même à l’étranger, les médias font leurs choux gras sur la tête du Sarthois. Cet homme n’est plus éligible. Ça me fait mal de dire ça mais je tiens à rester honnête avec moi-même. Cette affaire salit une fois de plus la classe politique et remet un certain "tous pourris" sur le devant de la scène. Le sort de notre pays, de nous tous est entre leurs mains et je pense que ce qui prime pour un homme politique, c’est avant tout son enrichissement personnel tout en faisant profiter sa famille et ses amis. Suffit de voir comment Hollande recase ses potes en ce moment tellement il sent le vent tourner, pour en être convaincu. Je terminerai en vous dressant deux constats personnels qu’engendre cette affaire Fillon. Premier constat : en France, des journalistes peuvent donc accéder à des données bancaires normalement privées. Deuxième constat : il semblerait qu’actuellement seules la droite et l’extrême droite soient dans le viseur des médias. A gauche, il y aurait des choses à dévoiler mais un média à la botte n’est pas motivé pour enquêter… En remerciements des avantages fiscaux accordés ? Sûrement ! Bref tout ça pour dire qu'en pleine grippe aviaire, François Fillon doit certainement penser qu'il est bien dommage que ce vilain canard n'ait pas été touché...!

    Finalement, encore une fois, on l'a tous dans le Fillon...


    votre commentaire
  • Quand Donald a apprit sa victoire, il a rit !

    Durant des semaines - la campagne américaine a duré 18 mois - les médias américains comme les nôtres d'ailleurs, nous ont démontré tout leur amour pour Madame Clinton. Soit. Monsieur Trump fut durant tout ce temps, leur os, bon à ronger... Les médias aussi pitoyables que les nôtres, les politiques et toutes les personnalités les plus influentes se sont groupé(e)s, se sont démené(e)s contre le candidat. Aujourd’hui, j’ai envie de vous dire : tout ça pour ça ? Et bien si l’élection de Donald Trump me ravit car elle donne tort à tout ce monde corrompu jusqu’à la moelle - médias, politiques et monde du spectacle - je me dois de vous dresser le constat que j’ai posé depuis quelques heures : beaucoup dans ce bas monde ne respectent même plus le résultat d’un scrutin émanant d’un pays démocratique. Tout cela parce que le résultat n’est pas celui qu’ils ont rêvé durant de longues semaines. La campagne présidentielle a été aussi puante que celle qui nous attend ici. Le peuple a choisi, le monde doit respecter cela. Point barre ! J’ai suivi quotidiennement cette campagne, cet affrontement Clinton contre Trump, je n’ai jamais cru que cet homme pouvait l’emporter et pourtant… Donald accède à La Maison Blanche et c’est Hillary qui se fait "Mickey" ! La question que chacun devrait se poser est : pourquoi celle qui était donnée gagnante s’est-elle faite écraser de la sorte par le candidat républicain ? La réponse à cette question sent bon la véracité des faits. Beaucoup d’américains ne voulaient pas de Clinton comme beaucoup ne voulaient pas de Trump sauf qu’ils étaient visiblement moins nombreux et qu’on n’a pas voulu entendre cette version. Je jubile quand je découvre si j’en doutais encore, la mauvaise foi de certains politiques français, de beaucoup de journalistes et de nombreuses personnalités toujours bonnes à donner des leçons et aptes à la complaisance trop affichée pour être réellement honnête. Je rigole encore et je rigolerai encore plus le jour de la passation de pouvoir, quand Obama devra accueillir celui qui va lui succéder… J’espère qu'aujourd'hui, certains ont pris une bonne leçon et qu’ils ne seront pas tentés par le fait d’en titiller une autre. Ces gens qui jouent la carte de la peur dès qu'ils prononcent le nom Le Pen n'hésitent pas une seconde à abattre cette carte de la peur dès qu'ils abordent l'élection de Trump comme quarante cinquième président des États-Unis... Certains ont vraiment du mal à être cohérents et jouent les girouettes pour ne pas dire autre chose...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique