• Rwanda : des femmes et des enfants subissent l'inhumanité de certains.

    Rwanda : des femmes et des enfants subissent l'injustice des hommes.

    Des femmes et des enfants arrachés des écoles et des hôpitaux puis massacrés sur le bord de la route, une propagande haineuse envahissant les ondes - le Rwanda il y a 20 ans ? Non, cela se passe maintenant au Soudan du Sud, mais nous pouvons l'arrêter. Deux hommes sont à l'origine des violences : le Président Salva Kiir et son ancien vice-Président Riek Machar. Pris dans une lutte de pouvoir sans merci, ils attisent les tensions entre des groupes ethniques qui ont vécu en paix pendant des décennies. Tous deux ont des biens et de la famille à l'étranger. Si nous touchons Kiir et Machar là où ça fait mal - le portefeuille - nous pouvons empêcher ce cauchemar de devenir un génocide. Les pourparlers de paix reprennent lentement. Les États-Unis et la France ont appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à imposer des sanctions et à déployer davantage de casques bleus pour protéger les civils. Certes, la Russie pourrait tenter de maintenir le statu quo, mais même la Chine ne veut pas voir ce pays riche en pétrole glisser vers le chaos. Nous pouvons donc réussir - à condition d'agir vite. Soyons un million à exiger des dirigeants-clés qu'ils imposent des sanctions et déploient une mission plus robuste pour protéger le peuple du Soudan du Sud. C'est tellement triste et révoltant. Plus d'un million de personnes sur les onze millions d'habitants du Soudan du Sud ont fui leur domicile, des dizaines de milliers sont mortes et le pays est au bord d'une famine généralisée. Pendant ce temps, les délégations des 2 camps ont passé des mois dans des hôtels de luxe en Éthiopie, faisant très peu d'efforts et encore moins de progrès dans les négociations de paix. Nous pouvons arrêter cette folie. Des sanctions, le gel des avoirs et l'interdiction de voyager, empêcheraient directement Kiir et Machar d'accéder à leurs biens et de rendre visite à leurs proches et amis à l'étranger. Même si nous ne gagnons pas au Conseil de sécurité, des sanctions unilatérales prises par plusieurs pays pourraient avoir un impact conséquent. Renforcer la force de protection de l'ONU est aussi primordial. L'ONU a pour la première fois ouvert ses propres bases pour héberger 85 000 civils qui fuyaient les massacres. Mais il y a moins de 9000 soldats pour protéger un pays de la taille de la France. Une base des Nations-Unies a déjà été attaquée ouvertement, et le gouvernement menace d'expulser l'ONU hors du pays. Nous avons urgemment besoin d'une mission de protection plus grande et plus forte. (source : avaaz.org)

    Comme moi, signez la pétition en cliquant sur l'image illustrant ce billet d'information.


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :