• Municipales 2014 : quand certains digèrent mal la démocratie...

    Le 23 Mars 2014 aura été un jour heureux pour certains et douloureux pour d’autres. Dans ma ville, ce n’est pas la liste leader qui est passée dès le premier tour. Comme quoi, il n’y a jamais de victoire acquise. Je suis fier de voir que la démocratie a agit en son humble conscience. Alors bien sûr, la tête de la liste perdante accuse les autres de mensonges. Au début, je me suis dis, c’est bizarre, ça ressemble à une déclaration socialiste ! Et puis non, le candidat atterré est bien de droite… Oui mais voilà, à trop se voir déjà dans le siège de maire, peut-être par exagération de l’anticipation d’un rêve, la chute est ultra dure. J’espère que ce candidat à l’ego soufflé saura dresser le propre bilan de sa campagne et je l’espère : dresser la liste des points négatifs qui ont joué contre lui : une réunion publique sans chiffres, des interventions vides (comme certains sièges...), l’annonce d’une équipe nouvelle alors que la moitié des têtes sont connues depuis des années, une communication de campagne imprimée à l’extérieur de la ville (sympa pour les imprimeurs locaux !), du porte à porte incisif et mal vu et une sûreté de gagner peut-être trop affichée. Ce qui me choque le plus, c’est de remarquer l’extrême amertume des perdants qui jouent donc le déni de l'expression démocratique et donc ne supportent pas le suffrage universel. Bref, la démocratie a tranché et le leader - comme son équipe - en fait les frais en payant certaines erreurs de la mandature précédente... Heureux de voir que le slogan "le changement, c’est maintenant", peut parfois, plus au niveau local que national, avoir du bon…


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :